Le projet de réaménagement du chemin Pink sera légèrement modifié afin d’améliorer la sécurité des piétons et des cyclistes.

Élargissement du chemin Pink: un compromis aux frais de la Ville

Le projet de réaménagement du chemin Pink sera légèrement modifié afin d’améliorer la sécurité des piétons et des cyclistes, mais cela n’entraînera pas de délais supplémentaires, confirment au Droit la conseillère du quartier, Maude Marquis-Bissonnette et la députée de Hull, Maryse Gaudreault. La Ville devra toutefois assumer les frais de ces changements.

Mme Marquis Bissonnette a indiqué qu’elle déposera sous peu une résolution au conseil municipal qui se veut un «compromis» par rapport à ce qu’elle souhaitait au départ et qui faisait craindre à la députée des retards dans le projet. La conseillère proposait originalement de modifier l’emplacement du lien cyclable afin d’améliorer la sécurité des cyclistes. Cette modification aurait entraîné une révision du projet par le ministère des Transports du Québec qui finance les travaux.

«Ce dossier a été mon premier depuis mon entrée en politique, note Mme Marquis-Bissonnette. Le projet était déjà très avancé et je ne voulais pas le mettre en péril. La proposition que je vais faire au conseil prochainement n’est pas l’idéal, selon moi, mais c’est un compromis.»

La députée de Hull confirme que des modifications mineures pourraient être apportées au projet d’élargissement du chemin Pink, entre la rue de la Gravité et le boulevard des Grives, mais elles ne devront pas entraîner de retard. «Ces améliorations mineures devront aussi être faites aux frais de la Ville de Gatineau», a-t-elle ajouté. Mme Marquis-Bissonnette affirme que c’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle déposera une résolution au conseil municipal. Il n’a pas été possible de connaître les détails des modifications qui seront apportées ni des coûts supplémentaires qu’ils représenteront.