L’avocat de Denise Laferrière dans le dossier de l'aréna Guertin, Me Jean-Carol Boucher, aux prises avec d’importantes difficultés financières depuis un bon moment, a déclaré faillite le 19 janvier dernier.

Dossier Guertin: Laferrière n’a plus d’avocat

L’ex-conseillère municipale Denise Laferrière se retrouve aujourd’hui sans avocat pour défendre sa cause devant les tribunaux visant à faire invalider la loi privée votée à l’unanimité par l’Assemblée nationale, en juin dernier, dans le dossier Guertin.

Le Droit a appris que l’avocat de Mme Laferrière dans ce dossier, Me Jean-Carol Boucher, aux prises avec d’importantes difficultés financières depuis un bon moment, a déclaré faillite le 19 janvier dernier. La procédure a été rendue officielle par le syndic de faillite Bernier et associés le 22 janvier.

D’après la Loi sur le Barreau, un avocat qui fait cession de ses biens en vertu de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité « devient inhabile à exercer la profession d’avocat et perd son statut de membre du Barreau ». Dans ce contexte, les procédures juridiques entreprises par Jean-Carol Boucher pour Mme Laferrière dans le dossier Guertin pourraient carrément être abandonnées.

« Si Me Boucher ne peut plus plaider, j’imagine que la cause va tomber, a indiqué Mme Laferrière lorsque mise au fait de la faillite de son avocat par Le Droit. Je sais qu’il avait des problèmes financiers et qu’il a demandé des avis à certains de ses collègues, mais je n’ai pas de nouvelle. Je ne peux pas parler pour lui, mais ma compréhension c’est que la cause vient de tomber. Je n’ai pas l’intention de me trouver un autre avocat pour poursuivre cette affaire. »

Pour un transfert

Joint par Le Droit, vendredi, Jean-Carol Boucher, a affirmé qu’il discutait avec un collègue afin que ce dernier prenne la relève et plaide sa cause sa place. Me Boucher n’était pas rémunéré pour mener ce dossier juridique. Il représentait Mme Laferrière gratuitement.

« Je veux transférer tout ça à un collègue qui a manifesté son intérêt, a indiqué Me Boucher. Je vais lui montrer les paramètres du dossier et ça devrait fonctionner. J’attends sa réponse. Cette cause sera plaidée. Ça va procéder. C’est juste le procureur qui va changer. C’est juste une autre avocat qui va rentrer dans mes souliers, c’est tout. »

La cause doit être entendue le 21 mars prochain au palais de justice de Gatineau. Me Boucher expliquait récemment vouloir se baser sur plusieurs articles de la Loi sur les cités et villes pour tenter de faire invalider la loi privée votée par l’Assemblée nationale qui a permis à la Ville de Gatineau de faire de Vision multisports Outaouais (VMSO) son partenaire pour la construction du futur aréna Guertin.