Le conseiller du quartier, Mike Duggan, admet ne pas être très impressionné de la diligence avec laquelle l’entrepreneur a exécuté ces travaux et s’attend à ce que la Ville l’ait à l’œil dans l’avenir.

Dos d’âne à refaire dans le secteur Aylmer

Une dizaine de dos d’âne fraîchement aménagés dans le secteur Aylmer ont dû être complètement retirés au cours des dernières semaines parce qu’ils n’étaient pas conformes aux exigences de la Ville de Gatineau. Dans certains cas, les mesures d’atténuation de la vitesse ne respectaient tout simplement pas les normes municipales.

L’inspection provisoire réalisée par les services municipaux au terme des travaux réalisés vers la fin de l’été par la firme gatinoise Eurovia Québec Construction a révélé que trois des 13 tronçons prévus au contrat se sont avérés particulièrement problématiques, à savoir le chemin Rivermead, le chemin Castelbeau, ainsi que le chemin Morley-Walters. Dix-sept aménagements servant à modérer la vitesse sur ces artères réalisés pour un coût avoisinant 75 000 $ ont finalement été retirés, à la demande de la Ville, par l’entrepreneur à la fin novembre.  

Le service des communications de la Ville de Gatineau explique que l’entrepreneur collabore et que l’ensemble des travaux de correction sont effectués à ses frais. Eurovia devra d’ailleurs refaire les mesures d’atténuation de la vitesse dès que les conditions climatiques le permettront, le printemps venu. 

Les travaux sur les chemins Rivermead et Castelbeau consistaient à installer 14 coussins ralentisseurs, alors que l’entrepreneur a aménagé des dos d’âne, plus abrupts. Sur le chemin Morley-Walters, trois des sept dos d’âne mis en place ont été construits de manière trop abrupte. Ils étaient, selon les inspecteurs municipaux, 20 % plus élevés que les normes municipales. 

Le conseiller du quartier, Mike Duggan, admet ne pas être très impressionné de la diligence avec laquelle l’entrepreneur a exécuté ces travaux et s’attend à ce que la Ville l’ait à l’œil dans l’avenir. Il précise que la façon dont les mesures d’atténuation de la vitesse avaient été aménagées représentait un risque bien réel, notamment pour les véhicules d’urgence.