Délogés par un incendie, les habitués du Gîte Ami devraient pouvoir retrouver leurs locaux d’ici quelques semaines.

Deuxième incendie au Gîte Ami: «Ça bourdonnait en dedans»

Comble de malheur pour le Gîte Ami, le refuge gatinois a de nouveau été la proie des flammes samedi dernier. Contrairement au brasier du 31 décembre, ce deuxième incendie en moins de trois semaines n’aurait pas causé de dommages importants.

Les pompiers gatinois ont été appelés à intervenir au Gîte Ami, situé sur la rue Morin, à Gatineau, peu avant 8h samedi matin. Pour les responsables du refuge, ce second feu a rouvert la plaie qui avait été infligée par le premier sinistre.

«J’étais à Maniwaki en fin de semaine, ce qui fait que j’ai été complètement déconnectée samedi. J’ai appris qu’il y avait eu un deuxième incendie seulement à mon retour dimanche matin quand j’ai commencé à recevoir un tourbillon d’appels», explique la directrice générale du Gîte Ami, Lise Paradis. «Disons que ça bourdonnait en dedans. J’ai tout de suite appelé notre directrice des services aux usagers pour voir ce qui en était.»

À LIRE AUSSI: Réouverture du Gîte Ami d’ici la mi-février

> Une situation précaire pour les usagers du Gîte Ami

Le brasier de samedi n’a eu aucun impact sur l’annonce de lundi voulant que le Gîte Ami puisse rouvrir ses portes la semaine du 10 février.

«L’incendie de la fin de semaine dernière a causé des dommages mineurs. Heureusement, on a vu le feu à temps et ç’a été maîtrisé très rapidement. Il y a un peu de dommages sur le revêtement extérieur, mais c’est tout», détaille Mme Paradis.

Ce deuxième incendie serait de nature criminelle. Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a déjà procédé à une arrestation dans ce dossier.

Le SPVG avait aussi mentionné que des accusations allaient être déposées et que l’homme en question demeurerait derrière les barreaux jusqu’à sa comparution à une date ultérieure.

Questionnée à savoir si l’homme arrêté par le SPVG est un usager du Gîte Ami, Mme Paradis a préféré ne pas se prononcer sur la question, en raison de l’enquête policière en cours.