Le modèle commercial du mégacentre du Plateau est à revoir.

Deux décennies pour transformer le mégacentre du Plateau

La pérennité du mégacentre du Plateau et de son modèle commercial en perte de vitesse passerait par une expérience de consommation différente, des espaces verts et des piétons qui se sentiront en sécurité.

Voilà quelques-unes des solutions qui ont émergé de la réflexion initiée par la conseillère Maude Marquis-Bissonnette pour repenser cet important noyau commercial où convergent des milliers d’automobilistes chaque jour. Plusieurs centaines de résidents et habitués du secteur ont répondu à l’appel de la conseillère au cours des derniers mois, soit en répondant à un sondage ou en participant à un atelier de réflexion sur l’avenir du mégacentre. Mme Marquis-Bissonnette a pigé un peu plus de  23 000 $ dans son fonds de soutien technique et de recherche pour s’adjoindre les services de la firme d’urbanisme L’Arpent pour mener à bien cette démarche. L’élue du Plateau présentera d’ailleurs les résultats de l’exercice, à Québec, mercredi, dans le cadre du colloque annuel de Rues Principales. 

« Plusieurs commerçants et propriétaires immobiliers m’ont bien dit qu’il y avait un besoin purement économique de revoir ce modèle-là, a noté Mme Marquis-Bissonnette. Certains ont fait des demandes de changements. Je crois qu’on arrive tous au même endroit, au même moment. Ma préoccupation, c’est que si on fait du résidentiel, et si on amène des gens en transport en commun avec le projet structurant du train qui doit passer sur le boulevard du Plateau, comment on fait pour que ce soit une expérience intéressante pour les citoyens ? »

Les principaux constats qui ressortent de l’exercice sont implacables. Le manque de convivialité de ce modèle commercial est devenu évident pour les quelque 800 participants à la démarche. Plus de neuf consommateurs sur dix se rendent au mégacentre du Plateau en voiture et 88 % d’entre eux se déplacent aussi en voiture à l’intérieur même du complexe. Évidemment, ce modèle vient avec de très grands espaces de stationnement qui n’ont rien d’invitant pour les piétons. Cela commence à rebuter bien des consommateurs. 

« Libres d’agir »

L’aménagement d’une nouvelle offre commerciale mieux adaptée aux nouvelles tendances de consommation avec de plus petits commerces et une variation dans l’offre pourrait être un bon point de départ, d’après l’analyse. Les participants à la réflexion ont mentionné la possibilité d’aménager des espaces publics, un parc, un hall central. L’ajout de verdure sur le site et aménager une véritable ouverture urbaine permettant de lier l’ensemble commercial avec le reste du quartier sont aussi au nombre des solutions à envisager.  

La réflexion faite, il revient maintenant aux propriétaires des lieux d’agir. « Ce n’est pas joué d’avance, admet Mme Marquis-Bissonnette. On parle d’un horizon de 25 ans pour transformer cet espace, mais on sait que c’est dans l’air du temps. Gatineau n’est pas la seule à réfléchir à ces modèles-là. Notre rapport démontre que c’est partout en Ontario, au Québec ou ailleurs aux États-Unis, on veut penser autrement ces espaces pour les rendre plus conviviaux et plus économiquement viables. »

« Ce n’est pas joué d’avance. On parle d’un horizon de 25 ans pour transformer cet espace, mais on sait que c’est dans l’air du temps. »

Maude Marquis-Bissonnette

L’élue du Plateau rappelle que les propriétaires sont « libre de faire ce qu’ils veulent », mais elle précise que la Ville est sur le point de changer son règlement touchant ce type de grand ensemble commercial. Les usages résidentiel et récréatif devraient être permis sur le site dès le printemps prochain.