Pour le promoteur de Destination Vanier, BBL Construction, tout délai supplémentaire dans l’agrandissement de son mégacentre était inconcevable.

Destination Vanier: déjà trop de délais, clame le promoteur

Pour le promoteur de Destination Vanier, BBL Construction, tout délai supplémentaire dans l’agrandissement de son mégacentre était inconcevable.

«Ce projet est en préparation depuis quatre ans avec la Ville, lance Sylvain Bertrand, président de BBL Construction. Le conseil devait se pencher sur le dossier lors du printemps dernier, mais en raison d’un manque de personnel à la Ville, d’après ce qui nous a été dit, il y a eu plusieurs reports. Là, certains voulaient encore reporter l’adoption du projet pour une consultation publique qui n’en était pas une. Intégrer d’autres changements aurait causé plusieurs mois de délais que nous ne pouvions pas nous permettre.»

M. Bertrand explique que les premiers locataires avec qui il a signé des ententes doivent être en mesure d’intégrer leurs nouveaux locaux en septembre 2020. «D’ici là, il faut ouvrir la rue, déboiser et construire le complexe, ajoute-t-il. D’autres délais nous auraient fait perdre des baux de location. Nous n’aurions pas été en mesure de respecter nos ententes déjà signées.» Quant à la palestre d’Unigym prévue au projet, elle doit être accessible en décembre 2020, note M. Bertrand.

La conseillère Maude Marquis-Bissonnette n’a pas caché, mardi, entretenir d’importantes réserves par rapport au projet de BBL Construction. «C’est la vieille mouture des mégacentres, dit-elle. Ce qui était présenté ne contenait que du commercial et du stationnement de surface. Il y a quelques aménagements pour piétons et cyclistes, mais c’est très minimal à mon avis. Les citoyens du quartier avaient de nombreuses questions et je crois qu’il fallait prendre le temps d’y répondre et de voir dans quelle mesure ce projet pouvait mieux répondre à leurs besoins.»

Sylvain Bertrand soutient plutôt avoir fait plusieurs aménagements visant à rendre son projet plus acceptable au niveau de l’environnement. Il se dit toujours prêt à rencontrer les résidents pour expliquer son projet, même si les autorisations ont été accordées «Nous avons ajouté des placettes, des liens pour le transport actif et un couvert végétal deux fois plus important que demandé par la Ville. Nous avons ajouté un volet résidentiel afin d’offrir de la mixité au projet. On attend de savoir quel niveau de densité souhaite avoir la Ville à cet endroit pour aller de l’avant.»