La décision du conseil municipal de Gatineau, le mois dernier, de rouvrir la rue du Sommelier à la circulation ne fait pas l’affaire de tous les résidents du quartier.

Des vis sur la rue du Sommelier: des résidents du quartier mécontents

Des résidents du quartier Limbour, à Gatineau, déplorent que des centaines de vis aient été étalées au sol pendant plusieurs heures samedi avant-midi sur la rue du Sommelier pour lancer un message aux automobilistes qui voudraient contourner la signalisation actuelle. Un geste qui « dépasse les bornes », selon des résidents du secteur.

La décision du conseil municipal de Gatineau, le mois dernier, de rouvrir la rue du Sommelier à la circulation ne fait pas l’affaire de tous les résidents du quartier. Certains étaient surpris de constater samedi que des vis avaient été placées sur la chaussée à l’entrée de la rue du Sommelier, pour passer un message aux automobilistes qui n’attendent pas le retrait officiel du cul-de-sac fonctionnel pour emprunter l’artère résidentielle et ainsi contourner le trafic de la rue Saint-Louis.

Selon un résident du secteur, Alain Beaumier, il s’agit assurément d’un acte de vengeance.

« La décision du conseil de rouvrir l’accès à la rue a été accueillie au grand bonheur de la majorité des gens du district, mais c’est clair qu’il y a certains résidents mécontents sur la rue du Sommelier qui ont décidé de se venger. Ils dépassent les bornes. Mettre des vis dans la rue, c’est très ordinaire. Quelqu’un aurait pu marcher dessus et se blesser. Un automobiliste aurait pu rouler dessus. Deux vis dans un pneu alors que tu te diriges vers l’autoroute, ça peut être très dangereux. »

M. Beaumier tient à préciser qu’il ne faut pas généraliser et mettre tous les résidents de la rue dans le même bateau « pour trois ou quatre personnes qui font du trouble ». Il raconte qu’à son arrivée sur les lieux « il y avait déjà des policiers, mais ils n’étaient pas là pour ramasser les vis, ils donnaient des contraventions pour empêcher les gens de circuler, car plusieurs automobilistes ne respectent la signalisation en place actuellement. »

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) confirme d’ailleurs qu’un patrouilleur se trouvait bel et bien sur place samedi matin pour distribuer des contraventions aux contrevenants qui font fi de la signalisation actuelle.

Le SPVG a aussi confirmé au Droit que plusieurs plaintes ont été reçues samedi matin par rapport aux centaines de vis étalées sur la chaussée. La police n’a toutefois pas été en mesure de confirmer si une enquête avait été ouverte à cet effet.