Les conditions de circulation se dégradent rapidement aux heures de pointes, notamment dans le secteur du chemin Vanier et du boulevard des Allumettières.

Des problèmes de circulation pour encore trois ans dans l'Ouest

Les résidents du secteur ouest de la Ville s'en rendent compte depuis déjà un bon bout de temps. Les conditions de circulation se dégradent rapidement aux heures de pointes, notamment dans le secteur du chemin Vanier et du boulevard des Allumettières. Ils savent aujourd'hui qu'ils devront prendre leur mal en patience.
La Ville de Gatineau a démontré qu'elle aussi le sait, mardi, au cours de la présentation d'une analyse de circulation réalisée en 2014 qui concluait déjà à l'époque que la circulation a atteint un point « critique » à cette intersection et que les carrefours chemin Vanier et chemin McConnell ainsi que chemin Vanier et chemin d'Aylmer sont presqu'à capacité maximale. 
Depuis trois ans, des centaines de maisons ont été construites dans le secteur et de nouveaux noyaux commerciaux qui attirent une masse importante de consommateurs ont vu le jour. Aucune mesure pour corriger la situation n'a été prise depuis, et ce n'est pas demain la veille qu'elles le seront. 
La directrice du module de l'aménagement du territoire et du développement économique, Catherine Marchand, a affirmé être à la recherche de solutions « à court terme » pour améliorer un tant soit peu la situation, le « court terme » ici représentant environ trois ans, a-t-elle précisé.
« Nous avons demandé cette étude il y a trois ans, a noté le conseiller du quartier, Maxime Tremblay. Nous sommes en 2017. Nous avons adopté et adopterons des phases immenses dans le Plateau, avec des nouvelles écoles primaire et secondaire », a-t-il souligné en dénonçant que les citoyens devront attendre jusqu'en 2020 pour voir les premiers correctifs. « C'est trop long et la population a raison de faire connaître son mécontentement », a-t-il ajouté
L'étude de CIMA+ prévoit que 10 400 nouveaux logements seront construits dans le coin et 6500 emplois seront créés d'ici 2031.
Le conseiller Tremblay a répété à plusieurs reprises que le nouveau schéma d'aménagement de la Ville de Gatineau invite à mieux planifier le développement résidentiel afin de s'assurer d'avoir les infrastructures nécessaires pour desservir cette population. « C'est le temps de passer à l'action, a-t-il dit. On parle de six ans d'attente pour bouger. Pour moi, c'est long. »
Plusieurs associations de quartier de l'ouest de la Ville ont proposé de ralentir le développement résidentiel dans leur secteur, voire d'imposer un moratoire. Cette solution est rejetée du revers de la main par à peu près tout le monde à la Ville. « Nous devons assumer notre développement, c'est tout », a lancé M. Tremblay.
Le président du comité consultatif d'urbanisme, Richard Bégin, ne croit pas, lui aussi, que de lever le pied sur le développement est une solution envisageable. « Il y a des zonages qui ont été déterminés dans le passé, note-t-il. Il faudrait s'embarquer dans un débat juridique qui ne serait pas simple et qui finirait par être payé par les contribuables. »
Ajout de voies réservées, de voies de circulation, de trottoirs ou de pistes cyclables, toutes les hypothèses sont bonnes, mais la solution ne viendra pas avant 2020. 
Mme Marchand a laissé entendre que le prochain règlement sur les frais de croissance pourrait exiger des contributions des promoteurs pour développer les infrastructures de transport nécessaires.