Plusieurs résidences du chemin de Chambord et des rues avoisinantes, dans le secteur Gatineau, ont été inondées en juillet dernier.

Des millions $ pour s’attaquer aux refoulements d’égout à répétition à Gatineau

La Ville de Gatineau investira 24,1 millions $ d’ici la fin de 2023 pour s’attaquer aux problèmes des refoulements d’égout à répétition dans certains quartiers lors de pluies importantes.

Les premières interventions débuteront dès 2019, alors qu’un montant de 3,3 millions $ permettra, entre autres, d’ajouter une conduite pluviale sur la rue Madeleine, de Fernand-Arvisais au boulevard Labrosse, l’ajout d’un collecteur pluvial sur la rue Main, entre la rivière et la rue Saint-André, et le reprofilage de fossés. 

D'après le plan présenté, mercredi, dans le cadre de l'étude du budget 2019, la plupart des actions pour la première année se résument à la réalisation d’études de drainage pour les secteurs Wychwood et de la zone Blanche, ainsi qu’à l’inspection par caméra de conduites d’égout où la Ville juge que les résidences ont été branchées de façon non conforme. 

Le conseiller Gilles Carpentier a rappelé que la problématique des refoulements à répétition est observable dans plusieurs autres secteurs de la Ville, notamment le sien, et qu’il était toujours dans l’attente de réponse de l’administration sur les solutions à apporter. «Mes citoyens ont droit à des réponses, a-t-il lancé. Ils doivent savoir quelle sont les causes des refoulements dans leur système.»

Le directeur général adjoint responsable des infrastructures, André Turgeon, a mentionné que selon les premières analyses réalisées par la Ville, des branchements non conformes, parfois carrément illégaux, fragilisent plus de 360 kilomètres de conduites d’égout à la grandeur de la Ville. Il a ajouté qu’il avait été accepté par le conseil de mettre les secteurs Wychwood et la Blanche en priorité en raison de la gravité de la situation et de la capacité de livrer de l’administration. 

«Cela a pour effet de surcharger les réseaux, dit-il. On va analyser la possibilité de mettre sur pied un programme de subvention qui permettrait d’aider les propriétaires de ces maisons à se débrancher du réseau. On va revenir devant le conseil à cet effet au printemps prochain pour donner une idée de l’impact que ça pourrait avoir à la grandeur de la ville.»

Le conseiller Cédric Tessier a ajouté que la vingtaine de millions $ réservés pour réaliser les travaux d’ici 2023 ne réglera pas tout. 

«Il y a au minimum pour 64 millions d’investissements à faire dans nos infrastructures pour répondre aux fortes pluies, a-t-il mentionné. Notre objectif et d’aller chercher des subventions pour réaliser le reste, parce que toute seule, la municipalité ne pourra pas y arriver.»