Des heures supplémentaires payantes pour les chauffeurs

En 2013, les dix chauffeurs les mieux payés de la Société de transport de l'Outaouais (STO) ont cumulé à eux seuls un peu plus de 4400 heures supplémentaires.
La situation n'est pas exceptionnelle. En 2009, c'est plus de 7000 heures supplémentaires qu'ont fait les dix chauffeurs qui ont empoché les plus gros salaires de l'organisation. Cette année-là, les 100 chauffeurs les mieux payés, sur un total de 418 à l'emploi du transporteur public, ont cumulé plus de 34 000 heures supplémentaires. 
Cette gestion des ressources humaines permet à certains chauffeurs d'ajouter plusieurs dizaines de milliers de dollars par année à leur salaire de base. Par exemple, en 2013, le salaire de base d'un chauffeur qui a au moins 18 mois d'expérience atteignait 57 428 $. Grâce à son temps supplémentaire, le chauffeur qui a touché le plus gros salaire a fait un peu plus de 90 000 $. Cela représente une augmentation de 57% du salaire de base pour ce chauffeur. 
La conseillère municipale et membre du conseil d'administration de la STO, Denise Laferrière, est d'avis que, dans le cadre de l'importante révision des dépenses à laquelle devra se soumettre le transporteur public, cette utilisation des heures supplémentaires mérite d'être questionnée.
«Je ne suis pas une spécialiste des ressources humaines, affirme la conseillère, mais il faut poser la question aux administrateurs de la STO. Je suis loin de pouvoir dire aujourd'hui que la STO utilise trop le temps supplémentaire et qu'elle devrait embaucher de nouveaux chauffeurs pour dégager des économies. Le salaire est une chose, mais il faut aussi penser aux avantages sociaux. Les administrateurs de la STO sont des gens compétents et ils ont certainement déjà analysé cette question-là. Ça demeure toutefois une question à poser pour le nouveau conseil d'administration. Si c'est la meilleure façon de faire, nous allons soutenir la STO, sinon nous demanderons que des changements soient apportés.»
Plus avantageux
La porte-parole de la STO, Dominique Leclerc, explique que l'utilisation des heures supplémentaires, même à coup de dizaines de milliers d'heures par année, demeure plus avantageuse que l'embauche de nouveaux chauffeurs.
«Le temps supplémentaire est utilisé pour des remplacements ponctuels de chauffeurs ou pour des activités de partenariat comme le Bal de neige ou le Festival des montgolfières, précise-t-elle. Dans ce contexte, il serait difficile d'embaucher d'autres chauffeurs pour ce type de besoin.»
L'embauche de nouveaux chauffeurs à la STO ne se fait que si l'organisation ajoute des services, précise Mme Leclerc. «Chaque embauche est liée à des ajouts de services sur le réseau, dit-elle. Cela explique pourquoi l'augmentation du nombre de chauffeurs au fil des ans n'a pas vraiment d'impact sur l'utilisation du temps supplémentaire.»