La bibliothèque Guy-Sanche profitera d'un projet d'agrandissement évalué à 23,5 millions.

Des dizaines de millions à trouver pour les bibliothèques

La Ville de Gatineau devra débloquer la somme supplémentaire de 37,2 millions $ si elle veut se doter d'une nouvelle bibliothèque Lucy-Faris à Aylmer et si elle entend toujours doubler la superficie de la bibliothèque Guy-Sanche sise à la Maison de la culture.
Ce montant viendrait s'ajouter aux 8,8 millions $ restants des 21,9 millions $ mis de côté en 2014 par le conseil municipal pour le plan de déploiement des bibliothèques. À ce jour, seule la nouvelle bibliothèque du Plateau a fait l'objet d'un investissement. Elle sera construite au coût de 13,1 millions $ et n'ouvrira qu'à la toute fin de 2019. 
Il s'agit essentiellement du plan présenté au conseil, mardi, par le service des arts et de la culture de la Ville de Gatineau. 
Il a fait l'objet de nombreuses critiques de la part des conseillers indépendants, mais l'administration a finalement été mandatée pour établir un cadre financier à temps pour l'étude du budget 2018. 
Alors que le projet d'agrandissement de Guy-Sanche estimé à 23,5 millions $ soulève que très peu de débats autour de la table du conseil, c'est tout le contraire pour la bibliothèque Lucy-Faris. 
Actuellement située dans l'immeuble Place des pionniers, sur la rue Principale, cette bibliothèque est jugée trop petite pour les besoins de la population grandissante du secteur. La capacité portante de la structure de l'immeuble qui l'abrite est aussi insuffisante, selon les ingénieurs de la Ville, pour supporter un agrandissement digne de ce nom. 
L'administration vise donc le déménagement de cette bibliothèque au parc Paul-Pelletier, à un peu plus d'un kilomètre du site actuel. 
La Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais doit construire une nouvelle école secondaire à cet endroit dès 2019. Des discussions ont été entamées au cours des derniers mois afin de développer un partenariat financier pour que l'école utilise l'éventuelle nouvelle bibliothèque municipale qui pourrait être construire à proximité. 
La conseillère Josée Lacasse s'oppose farouchement à ce déménagement qui sortirait la bibliothèque du coeur d'Aylmer. 
Elle propose plutôt un réaménagement de l'édifice existant qui permettrait de combler environ la moitié des besoins exprimés par l'administration. 
Quant au conseiller Richard Bégin, la proposition de sa collègue ne tient pas la route, notamment en raison des problèmes de structure de Place des pionniers. 
« Avoir une bibliothèque signature à cet endroit marquerait l'entrée du centre-ville d'Aylmer et viendrait contribuer au redéveloppement de ce secteur commercial, dit-il. C'est un impératif d'avoir une bibliothèque en collaboration avec le milieu scolaire. »
Asphalte contre bibliothèques prise II
 
La bibliotheque Guy-Sanche à Gatineau
L'histoire se répète à la table du conseil municipal de Gatineau où un débat sur l'avenir des bibliothèques municipales ne peut pas avoir lieu sans un débat sur l'état de l'asphalte dans les rues. 
C'est encore plus vrai à l'aube d'une élection municipale où deux camps identifiés depuis longtemps se promettent d'en découdre à ce sujet au cours des prochains mois. 
«On demande d'investir un autre montant de 37 millions $ pour des bibliothèques alors que les citoyens nous disent clairement que leurs priorités c'est de réparer les rues, les nids de poule et faire du déneigement, a lancé le candidat à la mairie Denis Tassé, mardi, au terme de la présentation du plan de déploiement des bibliothèques. Les sondages sont clairs. La priorité des gens ce sont les rues et le déneigement. Ce sont les priorités des citoyens et moi je vais parler au nom des citoyens. Pour moi, en campagne électorale, mes priorités seront celles des citoyens et ce qu'ils nous demandent c'est de réparer nos rues.» 
Le conseiller Daniel Champagne doute que les Gatinois souhaitent des investissements aussi massifs pour construire de nouvelles bibliothèques. «Ce que les gens veulent, c'est un service optimal, des ressources intéressantes et un milieu social qui soit intéressant, dit-il. Ce que j'entends des revendications des gens porte beaucoup plus sur les services que nous rendons dans les bibliothèques que sur les infrastructures.»
Le conseiller d'Action Gatineau, Cédric Tessier, a rappelé le retard qu'accuse la Ville de Gatineau dans la mise à niveau de son réseau de bibliothèque. «Gatineau est l'une des villes les plus en retard du Québec à ce chapitre, dit-il. Les citoyens sont derrière des projets de bibliothèques modernes, mais comme la campagne électorale vient de commencer, l'opposition va dire noir chaque fois que le maire va dire blanc. L'opposition n'a aucune idéologie et tout ce qu'elle veut c'est s'opposer au maire et c'est ce à quoi nous allons assister au cours des quatre prochains mois.»
Le maire Maxime Pedneaud-Jobin a affirmé qu'il souhaite attendre la campagne électorale et la publication du cadre financier que présentera son parti pour faire le débat sur les bibliothèques. «Il y aura un débat sur l'ensemble des projets à Gatineau et pour moi, les bibliothèques, c'est très haut dans les priorités, a-t-il affirmé. L'argent ne pousse pas dans les arbres et nous devrons faire des choix.»
La candidate à la mairie, Sylvie Goneau, est d'avis que le maire doit accepter le blâme pour ne pas avoir respecté son engagement envers les bibliothèques au cours du présent mandat. 
«Le budget prévu n'a pas été suffisant, c'est le chef d'Action Gatineau qui a mal planifié depuis le début et là il veut encore nous mettre le bras dans le tordeur, a-t-elle lancé. La priorité de la population n'est pas d'investir autant dans les bibliothèques, mais cela ne veut pas dire qu'il faut les négliger pour autant.»