La relation entre les Gatinois et Derichebourg a souvent battu de l’aile depuis l’arrivée des camions blancs de l’entreprise dans les rues de la ville.
La relation entre les Gatinois et Derichebourg a souvent battu de l’aile depuis l’arrivée des camions blancs de l’entreprise dans les rues de la ville.

Derichebourg collectera les ordures de 30 % des Montréalais

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
La relation entre les Gatinois et Derichebourg a souvent battu de l’aile depuis l’arrivée des camions blancs de l’entreprise dans les rues de la ville. Les deux parties sont encore liées par contrat pour une durée de deux ans et personne dans l’administration municipale n’a encore voulu s’avancer sur la suite des choses.

La multinationale européenne vient toutefois de renouveler ses voeux avec la métropole québécoise. Derichebourg a annoncé, lundi, avoir signé cinq nouveaux contrats avec la Ville de Montréal, des ententes qui totalisent 60,5 millions $ sur une période de cinq ans. Derichebourg assurera la collecte des déchets de 580 000 citoyens, soit 30 % des Montréalais.

Ces nouvelles ententes permettront à la compagnie arrivée au Québec en 2015 de consolider sa présence dans la province en y ajoutant une vingtaine de camions. La flotte de Derichebourg au Québec comptera 120 camions. Une cinquantaine d’aide-éboueur et de conducteurs devront aussi être embauchés par la compagnie pour respecter ses engagements contractuels dans la métropole.

Les derniers mois ont été difficiles pour Derichebourg à Gatineau. L’entreprise a cumulé pour 43 000 $ d’amendes pour des retards répétitifs en 2019. Le début de l’année 2020 n’a pas été plus facile. En mai dernier, en plein confinement, le conseiller Daniel Champagne faisait connaître publiquement son agacement face à de nombreux retards atteignant parfois 24,48 et 72 heures.

Gatineau s’est prévalue de ses années d’option inscrites au contrat en décembre 2019. Le contrat est valide jusqu’au printemps 2022.