Les bibliothèques sont-elles devenues désuètes ?

Déploiement des bibliothèques: Gatineau manque d'argent

Le plan de déploiement des bibliothèques déterminé par le conseil municipal de Gatineau en 2014 pourrait être chamboulé en raison d'un manque d'argent, a laissé entendre le maire Maxime Pedneaud-Jobin, mardi, au terme de la deuxième journée d'étude du budget.
Le service des arts en avait glissé un mot plus tôt dans la journée en annonçant que des « enjeux financiers » devant être abordés mercredi pourraient remettre en question les plans prévus pour les bibliothèques Lucy-Faris et Guy-Sanche. Un montant de 21,9 millions $ a été réservé, il y a deux ans, pour financer la construction de la nouvelle bibliothèque du Plateau et à tout le moins agrandir les deux autres, identifiées comme prioritaires par le conseil. 
« La bibliothèque du Plateau coûtera 13 millions $, alors on sait déjà qu'il manque d'argent pour les deux autres, a indiqué le maire. L'argent n'est pas infini et il y aura des décisions à prendre maintenant et dans les années qui viennent sinon nous ne les ferons jamais ces bibliothèques. »
Surprise
Parallèlement à cet enjeu, le service des arts a surpris bien des élus, mardi matin, en annonçant qu'une « opportunité d'affaires » permettrait d'agrandir la bibliothèque Aurélien-Doucet, située à l'angle des boulevards Cité-des-Jeunes et Mont-Bleu. Des locaux se sont libérés dans l'immeuble loué par la Ville pour héberger cette bibliothèque qui peine à répondre à la demande actuelle. 
Il en coûterait entre 458 000 $ et 658 000 $ pour l'agrandissement et les ajouts à la collection. Ce budget pourrait toutefois être puisé dans les surplus de l'ex-ville de Hull, ce qui n'aurait pas d'impact sur le budget municipal en 2017. Seules les dépenses récurrentes associées au loyer et aux ressources humaines estimées à environ 145 000 $ auraient un impact sur le budget. 
Certains élus, à savoir Louise Boudrias, Sylvie Goneau et Marc Carrière, ont indiqué que le conseil devrait s'en tenir à la stratégie d'investissement établie en 2014. La réplique est venue du conseiller Denis Tassé. « Parfois, dans la vie, des opportunités se présentent et faut savoir être assez flexibles pour en profiter. »