Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, reconnaît ne pas savoir si son administration respecte ses échéanciers quant à la modernisation des infrastructures informatiques de la Ville.

Dépenses informatiques: le maire n’est pas pressé de savoir

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, reconnaît ne pas savoir si son administration respecte ses échéanciers quant à la modernisation des infrastructures informatiques de la Ville et n’a pas paru très pressé d’en savoir un peu plus, mardi, lorsque questionné à ce sujet par Le Droit.

Le service informatique de la Ville de Gatineau s’est engagé, il y a un an, à livrer, au plus tard en décembre dernier, pour près de 9 millions $ en projets de modernisation des infrastructures informatiques de la municipalité. Un premier bilan de l’avancement des travaux présenté en novembre 2016 laissait déjà entrevoir des retards dans la livraison des projets, si bien que le conseil avait demandé un suivi plus rigoureux de ce chantier jugé prioritaire.

Le Droit a tenté d’obtenir, la semaine dernière, un portrait plus récent de l’état d’avancement des travaux dont plusieurs ont été identifiés comme une source éventuelle d’économies dans les opérations municipales.

L’administration a refusé toutes nos demandes d’entrevue à ce sujet et a écarté toute possibilité « à ce point-ci » de faire un état de la situation.

« Quand ils seront prêts »
Il n’y a pas eu de nouveau bilan présenté aux élus, a confirmé le maire. « On aura un portrait quand ils seront prêts à le faire, a-t-il ajouté. À ce moment-ci, moi, je ne l’ai pas, mais selon moi, on n’est pas dans une situation qui mérite qu’on fasse une rencontre d’urgence là-dessus. »

Il est ainsi impossible de savoir où en sont les travaux pour moderniser de nombreux systèmes de gestion, pour implanter un nouveau système financier, un portail citoyen, un nouveau service de la paie et réviser les pratiques en matière de sécurité informatique. Impossible aussi de savoir si le départ à la retraite du directeur du service de l’informatique, en avril prochain, aura un impact sur la suite des choses.

Le conseil municipal a approuvé, en novembre dernier, des dépenses supplémentaires de 4,3 millions $ par année, jusqu’en 2020, pour poursuivre les travaux de modernisation informatique.

D’autres projets doivent d’ailleurs être livrés en 2018, notamment un système de gestion des biens immobiliers dès avril, ainsi qu’une solution pour la gestion des permis d’affaires d’ici la fin de l’année.

Il n’y a aucune indication, à ce moment-ci, quant au respect ou non des échéanciers acceptés par le conseil municipal.