Alors Denis Tassé, candidat du renouveau ? Non.

Denis Tassé déçoit les Olympiques

Avec une sortie publique comme celle de mardi, le conseiller Denis Tassé peut difficilement continuer de se proclamer ambassadeur des Olympiques de Gatineau, estime le président du club, Alain Sear.
« C'est sûr que c'est décevant d'entendre ça d'un élu qui porte notre chandail, affirme le président des Olympiques. Nous ne voulons pas être associés à des paroles qui sont diffamatoires. Denis Tassé vient souvent à nos événements, il aime beaucoup son équipe, mais il doit savoir que le club dont il se dit ambassadeur n'embarquerait jamais dans un dossier qui n'est pas éthique. Nous sommes déçus de voir que M. Tassé laisse entendre qu'il y a anguille sous roche. »
Denis Tassé porte depuis plusieurs mois le chandail des Olympiques de Gatineau lors des séances du conseil municipal, afin de protester contre la lenteur avec laquelle, selon lui, le dossier du futur aréna Guertin avance. Il a fait parvenir une lettre au ministre des Affaires municipales, mardi, dans laquelle il demande à Québec de mener une « enquête » sur la façon dont le conseil et la Ville de Gatineau mènent ce dossier et de surseoir à l'adoption du projet de loi privé demandé par la Ville. 
M. Sear ajoute que ses paroles vont pour tous les autres élus qui demandent une enquête dans le dossier du futur aréna Guertin, à savoir la candidate à la mairie, Sylvie Goneau, ainsi que les conseillers Jocelyn Blondin et Louise Boudrias. 
Le président des Olympiques de Gatineau, Alain Sear, est déçu de l'approche du conseiller Denis Tassé
« Il n'y a aucune ambiguïté dans ce dossier, poursuit M. Sear. Les Olympiques ont été traités avec respect et énormément de professionnalisme dans le processus actuel avec Vision multisports Outaouais (VMSO). La Ville a avancé là-dedans avec le gouvernement du Québec, et nous avons eu toute l'information nécessaire pour prendre une décision éclairée. Nous avons posé toutes les questions imaginables à la Ville et à nos députés locaux. La ligue a aussi posé énormément de questions. Pour nous, c'est sans équivoque, il n'y a rien qui cloche dans le processus et les façons de faire. »
Alain Sear prévoyait contacter rapidement le conseiller Tassé pour lui exposer sa façon de voir les choses. 
Une présentation bientôt
Le président des Olympiques et plusieurs actionnaires ont assisté à une présentation détaillée du projet Guertin, mercredi, en après-midi. Alain Sear a affirmé sortir « emballé » de cette rencontre où il a été question, entre autres, de la conception, la construction et la gestion du futur édifice. 
« Nous avons très hâte que ce soit présenté à tout le monde, a lancé M. Sear. Quand la population sera mise au courant du projet, je suis convaincu qu'elle va aimer ce qu'elle va voir et entendre. Cette infrastructure va devenir un élément rassembleur quand elle sera présentée. »
Une présentation publique du dossier pourrait avoir lieu beaucoup plus tôt que tard. Le cabinet du maire refuse de déterminer la date à laquelle ça se fera, mais rappelle que Maxime Pedneaud-Jobin affirme depuis plusieurs semaines que ça doit avoir lieu avant la fin du mois de février. 
Pas de déménagement
Par ailleurs, les rumeurs voulant que les Olympiques envisagent de déménager irritent vivement Alain Sear depuis quelques semaines. 
« Il y a des gens qui lancent des ballons dans les airs et ça doit cesser, dit-il. On voit sur les réseaux sociaux et on entend dans certains médias qu'on pourrait déménager. J'aimerais que ceux qui lancent ses rumeurs arrêtent de propager ces faussetés. Les Olympiques de Gatineau ne veulent pas déménager et ne déménageront pas. »
Propos inexacts, selon le conseiller Champagne
La poussière retombait tranquillement, mercredi, à Gatineau, après l'affrontement public entre le maire Maxime Pedneaud-Jobin et le conseiller Denis Tassé dans le dossier du futur Guertin. Les journalistes recueillaient les quelques réactions qui restaient pendant que les élus du comité exécutif et l'administration avaient résolument le goût de passer à autre chose. 
Le président du conseil municipal, Daniel Champagne, dit respecter la démarche entreprise par M. Tassé, mais n'approuve pas les accusations lancées par ce dernier dans sa lettre au ministre Martin Coiteux.  
« C'est libre à lui, cette démarche lui appartient et il agit selon ses convictions, mais je trouve que ses propos sont inexacts, a-t-il affirmé. J'ai été présent à toutes les présentations dans ce dossier. Je ne sais pas où était M. Tassé, mais nous avons l'information, il est faux de dire que ce n'est pas transparent. »
Le conseiller Tassé ne recueille pas l'appui du conseiller Gilles Carpentier non plus. Ce dernier s'est d'ailleurs dit surpris de la démarche entreprise par son collègue. 
« Je m'attendais à ce qu'il s'invite à la commission parlementaire pour s'opposer au projet de loi privé, mais pas qu'il demande une enquête, dit-il. Ce sera à lui maintenant de faire la démonstration que ses accusations sont fondées. »
La candidate à la mairie, Sylvie Goneau, a pour sa part utilisé son compte Twitter pour exprimer sa position dans ce dossier. 
« Complètement d'accord avec mon collègue Denis Tassé, je suis en appui avec cette demande, les citoyens doivent avoir accès aux faits », a-t-elle écrit.
Quant au conseiller membre d'Action Gatineau, Cédric Tessier, le conseiller Denis Tassé ne fait que continuer de tout faire pour nuire au projet Guertin. 
« Ce qu'il affirme n'est pas fondé, c'est faux et il est au courant que c'est faux, a-t-il lancé. M. Tassé se rend compte que c'est un bon projet, que cela a des chances de fonctionner et il veut l'empêcher. C'est pour ça qu'il est allé trop loin. »