Depuis le 12 novembre, les employés municipaux ont déneigé à 133 reprises le réseau routier et soufflé 4270 km de voies routières et 249 km de trottoirs.

Déneigement: les élus exigent une meilleure communication

Les élus gatinois, notamment les membres du comité exécutif, s’attendent à l’avenir à une meilleure communication de la part de leur administration concernant la gestion des opérations de déneigement. D’autres conseillers, avec en tête Louise Boudrias, souhaitent pour leur part ressusciter le défunt comité sur le déneigement afin de voir si la politique en place répond réellement aux besoins et aux attentes des citoyens.

C’est ce qui est ressorti, mardi, de l’état de situation fait par le service des travaux publics lors d’une session de travail à huis clos. Plusieurs élus n’ont toujours pas digéré d’avoir appris dans Le Droit, la semaine dernière, que la Ville avait un litige contractuel avec l’entrepreneur responsable du soufflage dans le centre-ville. Selon nos informations, l’administration a depuis admis que cette information aurait dû être communiquée au conseil municipal. 

«J’ai rencontré la direction générale, la semaine dernière, à la suite de plusieurs informations parue dans les médias, pour demander qu’un état de situation soit fait au conseil municipal, pour donner l’heure juste, a indiqué le président du comité exécutif, Cédric Tessier. Le comité a besoin de plus d’informations sur les opérations, de l’information qui peut ensuite être transmise aux autres élus et à la population, et présentement cette information, on l’apprend par la bande ou pas du tout.»

Depuis le 12 novembre, les employés municipaux ont déneigé à 133 reprises le réseau routier et soufflé 4270 km de voies routières et 249 km de trottoirs. Le 3-1-1 a enregistré 4867 requêtes concernant le déneigement. Un total de 211 employés sont affectés au déneigement à Gatineau, dont 193 sont spécifiquement attitrés à l’entretien des rues et des trottoirs. 

Cédric Tessier estime qu’il est encore trop tôt pour porter un jugement sur les opérations de déneigement pour l’hiver en cours. «Je ne crois pas que la Ville l’a échappé», a-t-il affirmé. Il admet toutefois que le mois de janvier, le plus neigeux jamais enregistré à Gatineau, a compliqué les choses sur le terrain, notamment pour les opérations de soufflage. «Il y a des rues qui sont devenues extrêmement étroites, il y a encore des cas problématiques, et c’est certain qu’avec la neige qu’on annonce, ces cas problématiques pourraient s’aggraver.»

Comité de déneigement

Depuis la réforme des comités et commissions, le déneigement, qui auparavant avait un comité qui lui était spécifiquement destiné, est devenu la responsabilité du comité exécutif. Selon la conseillère Louise Boudrias, il y a lieu de revenir en arrière et de ressusciter ce comité afin qu’il puisse se pencher sur la politique de déneigement. «Il faut aussi que ce comité se penche sur le bilan et qu’il travaille avec les services pour faire des recommandations, dit-elle. Le déneigement c’est un gros morceau à Gatineau.» 

M. Tessier est plutôt d’avis que le déneigement doit continuer de relever du comité exécutif, dans la mesure où il dispose des «mécanismes pour faire le travail, pour la veille et pour les communications». Ce dernier se dit cependant ouvert à créer un comité qui se pencherait sur la politique de déneigement. Mme Boudrias précise qu’elle prendra les prochains jours afin de mobiliser ses collègues en prévision du dépôt d’une résolution qui pourrait mener à la création d’un comité sur le déneigement.