Gatineau brosse un bilan plus positif de ses opérations de déneigement pour l'hiver 2020.
Gatineau brosse un bilan plus positif de ses opérations de déneigement pour l'hiver 2020.

Déneigement: Gatineau révisera son niveau de service

Les hivers se suivent et ne se ressemblent pas à Gatineau, tant pour la quantité de précipitations que pour la satisfaction des citoyens face au déneigement. Après un hiver 2019 exécrable au niveau des conditions météorologiques et des opérations sur le terrain, celui de 2020 s’est déroulé dans un calme relatif et permet à la Ville de brosser un bilan des opérations plus positif qu’il y a un an.

Une tendance est cependant bien visible au fil des ans; moins il y a de précipitations, mieux les équipes de déneigement s’en sortent, et plus les citoyens sont heureux. La logique est implacable. 

Les 206 cm de neige de l’hiver 2020 ont occasionné 3391 plaintes. Le quartier de la conseillère Louise Boudrias a été le plus insatisfait, tant en nombre absolu de plaintes qu’en proportion à travers la ville. En 2019, le gros hiver de 312 cm de neige et 193 mm de pluie avait occasionné presque le triple de plaintes. 

La Ville affirme avoir respecté ses niveaux de services pour le déblaiement des rues dans 98% des cas cet hiver. Les gens sont notamment plus satisfaits du soufflage qui faisait l’objet d’un projet pilote, et du déglaçage. La Ville a échoué une seule fois à respecter son contrat avec la population et c’était dans le secteur Gatineau. Pour les trottoirs, le niveau de service a été respecté dans 91 % des cas. Des difficultés ont été observées à Hull et à Aylmer. 

L’ajout de deux équipes dédiées au soufflage de nuit cet hiver, à l’est et à l’ouest, a permis d’augmenter la livraison de service dans les corridors scolaires et sur les artères principales. Le tiers des voies soufflées cet hiver leur reviennent. Il a été recommandé au comité exécutif, mercredi, de poursuivre ce projet pilote pendant une autre année afin de compiler plus de données. 

Gatineau est aussi l’une des villes les plus avancées technologiquement pour suivre à la trace ses opérations de déneigement. Les routes de déblaiement, de soufflage, de trottoirs et d’épandage sont toutes suivies en télémétrie. 


« Il serait très pertinent pour Gatineau d’avoir un comité de déneigement permanent. »
Audrey Bureau

Révision de la politique

Le sous-comité du déneigement a formulé une série de recommandations qui devront être analysées par le comité exécutif. Le maire Maxime Pedneaud-Jobin a cependant déjà laissé entendre que le conseil allait devoir se pencher sur une révision de la politique de déneigement, tel que demandé depuis plusieurs années par plusieurs élus. «Ce sera un chantier important des prochaines années, a-t-il dit. Oui, on respecte 98 % de ce qu’on a dit qu’on allait faire, mais est-ce qu’on veut aller plus loin, se donner des exigences plus grandes? Chacune de ces décisions représente de l’argent et c’est pour ça que ce sont les politiciens qui feront une révision de la politique.»

En ce sens, la conseillère Audrey Bureau estime que le sous-comité du déneigement sur lequel elle siège aurait avantage à devenir permanent. «On recommande de réviser la politique dans son ensemble pour l’hiver 2021-2022, note-t-elle. La politique devra être revue, mise en place et le suivi de tout ça devra être éventuellement fait. Il serait très pertinent pour Gatineau d’avoir un comité de déneigement permanent.»

Le sous-comité recommande aussi la mise en place de meilleures mesures de contrôle et d’application de la réglementation, notamment pour les citoyens qui refusent de collaborer lors des opérations de déneigement, note Mme Bureau. La Ville pourrait se doter de nouveaux outils de communication pour améliorer cette collaboration et du même coup devenir un peu plus coercitive. La possibilité de rendre disponible des stationnements temporaires lors des avis d’interdiction de stationner devra être analysée, comme celle d’ajouter des camions spécifiquement dédiés à approvisionner d’abrasif les chenillettes à trottoirs.