La nouvelle entente liant la Ville de Gatineau et l'entreprise Gauvreau sera basée sur un nombre d’heures de soufflage plutôt que sur des kilomètres.

Déneigement: Gatineau embauche l’entrepreneur avec qui elle est en litige

La Ville de Gatineau a octroyé, mardi, un nouveau contrat pour le soufflage des rues du centre-ville. C’est l’entrepreneur Gauvreau qui a été retenu par la Ville au terme d’un appel d’intérêt lancé à la hâte, il y a quelques jours. Il s’agit de la même firme dont le premier contrat, pour le même secteur, fait actuellement l’objet d’un litige.

Ce contrat de moins de 100 000 $ n’a pas eu besoin de l’approbation du conseil. Le président du comité exécutif, Cédric Tessier, précise qu’à la différence du contrat en litige, la nouvelle entente liant les deux parties sera basée sur un nombre d’heures de soufflage plutôt que sur des kilomètres. «Ce contrat nous permet d’acheter 57 heures de soufflage dans le centre-ville, a-t-il indiqué. Oui, ça va nous coûter plus cher en payant à l’heure comme on vient de le faire, mais on avait besoin d’une marge de manoeuvre pour venir en support à nos équipes.»

Le président du comité exécutif n’était pas en mesure de préciser, mardi matin, combien de firmes avaient répondu à l’appel d’intérêt de la Ville. «On a toujours eu une très bonne qualité de service avec Gauvreau et on s’attend à la même qualité de service», a indiqué M. Tessier. 

Le Droit a révélé, mercredi passé, que les équipes de Gauvreau affectées au soufflage des rues du centre-ville avaient cessé leurs activités depuis plusieurs jours en raison d’une mésentente contractuelle. Cela a forcé la Ville de Gatineau à transférer dans le centre-ville des équipes de cols bleus qui étaient déjà affairées dans d’autres secteurs, provoquant ainsi un effet domino sur les opérations de soufflage. 

«Les cas urgents ont été réglés […], mais il reste encore des rues très étroites où il est difficile de circuler, a précisé M. Tessier. Est-ce que c’est nécessairement un retard ou si ce sont nos services qui font ce qu’ils peuvent avec les ressources qu’on leur a données? Nous avons eu une fin de mois de janvier exceptionnelle avec plus de 60 cm de neige en une semaine et ça a donné ce qu’on voit là.»

La conseillère Audrey Bureau n’a pas voulu commenter le litige qui oppose Gatineau à l’entreprise Gauvreau. «Est-ce que le comité exécutif aura des leçons à tirer en ayant octroyé un contrat en kilomètres plutôt qu’en heures? a-t-elle demandé. Il reviendra au comité d’en tirer les conclusions.»