Michel Mayer ne peut plus déneiger les sentiers près de chez lui depuis que la Ville de Gatineau a installé des barrières l’empêchant d’y avoir accès.

Déneigement bénévole interrompu après une plainte citoyenne

Au cours des quatre dernières années, Michel Mayer a déneigé bénévolement, à l’aide de son véhicule tout-terrain (VTT), les pistes cyclables près de chez lui dans le quartier Limbour. Après une plainte d’un citoyen, les accès au sentier ont été bloqués par la Ville de Gatineau.

Les barrières situées près de l’entrée des pistes cyclables à plusieurs endroits dans le quartier ont été verrouillées, après la réception d’une plainte à la fin du mois de décembre. De cette façon, les barrières ne peuvent plus être ouvertes afin que le VTT de M. Mayer traverse pour aller déneiger les sentiers. Parmi ces accès bloqués, il y a notamment celui situé près de la résidence du bénévole, sur la rue le Gallois.

« Ces sentiers ne font pas partie, au moment où on se parle, du plan de déneigement de la Ville. La Ville a mis en application les règles actuelles », explique la conseillère du district, Renée Amyot.

L’élue est toutefois loin de se réjouir de la situation. Elle dit avoir convoqué une rencontre avec l’administration, le déneigeur bénévole et le président de l’Association des résidents de Limbour (ARL), le 15 janvier dernier.

« L’objectif, c’est d’officialiser cette intervention de M. Mayer pour la saison 2019-2020, soutient Mme Amyot. C’est clair que l’intervention de M. Mayer apporte un bénéfice pour tous les piétons dans le district. »

La Ville doit en venir à un protocole d’entente avec une organisation à but non lucratif pour officialiser l’entretien d’infrastructures récréatives par un bénévole, un peu comme c’est le cas pour les patinoires extérieures communautaires. Dans ce cas-ci, c’est l’ARL qui négocie avec la Ville et qui confierait un mandat de bénévolat à Michel Mayer.

Plusieurs heureux

Que ce soit des amateurs de marche, des élèves des écoles du quartier ou encore des amateurs de vélo d’hiver, de nombreuses personnes profitaient du travail de déneigement de Michel Mayer.

Anne Michaud, une résidente de Limbour, soutient même que certains citoyens remettaient de l’argent comptant à l’occasion, lorsqu’ils le croisaient, pour l’aider à payer son carburant.

« Il le fait, c’est comme s’il était payé à l’heure. Aussitôt qu’il neige, il embarque sur son quatre-roues. Il dégage la largeur de la piste cyclable, carrément. C’est un travail de professionnel, affirme Mme Michaud. Il améliore la vie des gens du quartier de façon incommensurable. »

Durant la rencontre avec des représentants de l’administration municipale, Michel Mayer a fait valoir que son travail bénévole convient à beaucoup de résidents de Limbour. Au point où certaines pratiques de déneigement du quartier ont été revues, notamment autour de la polyvalente de l’Érablière, pour éviter que la neige soit laissée à l’entrée des pistes cyclables.

Le déneigeur bénévole dit aussi avoir reçu une haie d’honneur de la part d’élèves de cette école secondaire pour le remercier de son travail.