Une opération de déneigement dans les rues de Gatineau.

Déneigement au privé à Gatineau: hausse de la facture de 48 %

Des hivers de plus en plus imprévisibles et le prix à la hausse du sel de voirie font exploser la facture que Gatineau devra payer au cours des trois prochaines années pour faire déneiger par le privé certains secteurs de la ville.

Quatre contrats ont été octroyés, mercredi, par le comité exécutif pour le déneigement en zone rurale. En vigueur jusqu’en 2021, ils totalisent tout près de 10,5 millions $. Le président du comité exécutif, Cédric Tessier, a fait savoir que cela représente une hausse de 48 % par rapport aux mêmes contrats qui avaient été signés en 2014. «On s’attendait à une hausse importante du prix des soumissions […], mais l’augmentation est encore plus élevée, c’est 20 % de plus que ce à quoi on s’attendait», a-t-il affirmé. 

Un seul soumissionnaire a signifié de l’intérêt pour trois des quatre contrats, mais deux raisons expliquent principalement l’augmentation des prix, note M. Tessier, à savoir les sorties plus fréquentes causées par les plus nombreux épisodes de verglas et de pluie, ainsi que le prix du sel de voirie qui a grimpé de 42 % au cours des dernières années. «C’est assez énorme comme hausse», convient le président du comité exécutif.  

Ces quatre contrats ne représentent toutefois qu’une petite partie des opérations de déneigement sur le territoire de Gatineau, alors que l’essentiel de la tâche est assuré par les cols bleus de la municipalité. M. Tessier n’a pas voulu préciser à quel point les éléments qui font grimper la facture au privé auront un impact sur le budget global de déneigement de la Ville. «Ça, on va voir ça en novembre» lors de l’étude du budget, a-t-il dit. Il a cependant ajouté qu’il ne faut pas s’attendre à une explosion du budget du déneigement pour l’hiver qui vient. 

Soufflage

Les quatre contrats octroyés mercredi ne concernent pas les opérations de soufflage avec lesquelles la Ville a connu sa part de difficulté l’an passé. En juillet dernier, le conseil municipal a décidé de piger 1,2 million $ dans ses surplus libres afin de financer deux équipes qui seront entièrement dédiées au soufflage des rues. Une s’occupera de l’est, et l’autre du secteur ouest. «On avait parlé d’une équipe qui serait là sept jours sur sept et on s’est finalement entendu avec le syndicat pour deux équipes qui travailleront cinq jours par semaine», a précisé M. Tessier.