La Ville de Gatineau recevra 30 des 36 millions $ remis aux municipalités de l'Outaouais en guise d'aide pour couvrir les déficits liés à la pandémie.
La Ville de Gatineau recevra 30 des 36 millions $ remis aux municipalités de l'Outaouais en guise d'aide pour couvrir les déficits liés à la pandémie.

Déficit pandémique: les municipalités de l’Outaouais reçoivent 36,4 M$ d’aide

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
La Ville de Gatineau recevra plus de 30 millions $ d’aide des gouvernements provincial et fédéral pour couvrir son déficit engendré dans ses opérations municipales par la pandémie de COVID-19.

Cette aide qui ne comprend pas les sommes qui seront versées pour éponger les pertes de revenus de la Société de transport de l’Outaouais (STO) est largement suffisante, affirme le maire Maxime Pedneaud-Jobin, pour permettre à Gatineau de combler le manque à gagner occasionné par la pandémie cette année dans les opérations de la Ville, ainsi qu’une bonne partie de l’inévitable déficit l’an prochain. 

Les montants précisés par Québec, vendredi matin, doivent servir à combler les hausses de coûts liées à la sécurité publique, aux adaptations des bâtiments, à l’opération des camps de jour et au processus démocratique. Le soutien vise également à compenser les pertes de revenus des municipalités, comme les revenus de permis, des droits sur les mutations immobilières, des amendes, des pénalités et des stationnements. 


« On n’aura pas besoin d’emprunter pour combler les manques à gagner cette année, c’est certain. »
Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

Le maire Pedneaud-Jobin a ainsi confirmé que la Ville de Gatineau qui doit faire l’étude publique de son budget 2021 n’aura pas à emprunter pour combler son manque à gagner évalué à environ 35 millions $ en incluant les pertes de revenus de la STO. L’aide à l’intention du transporteur public sera précisée dans les prochaines semaines, mais il est déjà évident, note le maire, qu’elle permettra de combler les pertes encourues cette année. 

À LIRE AUSSI: Déficit de 35 M$ pour la Ville de Gatineau: l'aide des gouvernements ne suffira pas

«On n’aura pas besoin d’emprunter pour combler les manques à gagner cette année, c’est certain, a-t-il insisté. Ce qui est intéressant, tant dans le cas de l’aide pour les opérations municipales que pour la STO, c’est que le gouvernement a basé ses décisions sur nos coûts réels. Le gouvernement se colle vraiment sur les pertes de revenus réels pour déterminer son aide.»

Taxes municipales

Le maire ajoute qu’il n’a pas l’intention de précéder à des compressions ou à des coupes dans les services. La hausse de taxe prévue à 2,1 %, s’il n’en tient qu’au maire, sera maintenue. «C’est ce qu’on a planifié depuis longtemps et je ne pense pas qu’il faut aller plus haut que ça», dit-il.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.

Les dépenses municipales pourraient cependant être à la hausse en 2021, laisse entendre M. Pedneaud-Jobin. «Nous sommes en pandémie et en crise économique, dit-il. Je ne pense pas qu’il faudra moins dépenser. Dans ce contexte c’est souvent le contraire. Les gouvernements dépensent plus pour soutenir l’économie. Il faudra faire des choix en étant conscient de ça, notamment en matière de développement économique et dans le logement. Je nous vois bien mal réduire nos dépenses en infrastructures cette année.» 

L’aide à l’Outaouais

Au total, ce sont 36,4 millions $ qui seront octroyés aux 68 municipalités de l’Outaouais. Le ministre responsable de la région, Mathieu Lacombe, en a fait l’annonce par communiqué, vendredi matin. L’aide provient à part égale de Québec et d’Ottawa.

Les municipalités de la circonscription de Gatineau recevront un peu plus de 4 millions $. Celles de la circonscription de Papineau se partageront 1,9 million $ et celles du Pontiac, 1,2 million $. Il est à noter que le territoire de la Ville de Gatineau est compris dans chacune de ces circonscriptions. 

Les municipalités pourront utiliser l’aide versée tant pour l’année 2020 que 2021. Les montants pour chaque municipalité ont été déterminés selon une approche qui tient compte du poids démographique et des impacts de la pandémie. 

Le communiqué de presse de Québec ne fait cependant pas mention de l’aide accordée aux municipalités pour éponger les pertes de revenus de leur transporteur public. Le 25 septembre dernier, Québec a annoncé une enveloppe de 2,3 milliards $ à cet effet. 

«Cette aide financière importante donnera davantage de flexibilité et de prévisibilité aux municipalités, a déclaré le ministre des Finances du Québec, Éric Girard. Cela permettra d’éviter des hausses du fardeau fiscal des particuliers et des entreprises ou des réductions de services.»

La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, André Laforest, a ajouté que cette aide d’urgence permettra aux villes d’être «mieux outillées pour faire face à la COVID-19, tout en se préparant à contribuer activement à la reprise économique.»

Le ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe a rappelé que les villes pourront considérer l’utilisation de ces sommes dans leur budget courant ou encore dans l’exercice de préparation budgétaire qui s’amorce. «Elles ont toutes la latitude pour utiliser ces montants selon leurs besoins», a-t-il ajouté.