Des déchets encombrants trainent dans le stationnement de l'école Odyssey sur la Magnus Ouest à Gatineau.

Déchets encombrants: Gatineau veut rectifier le tir

La Ville de Gatineau pourrait assouplir ses règles touchant les déchets encombrants à la fin du mois.

De retour de vacances, la conseillère Maude Marquis-Bissonnette réagit au tollé et propose notamment d’instaurer la gratuité pour le dépôt d’encombrants au centre de transbordement.

Mme Marquis-Bissonnette, également présidente de la Commission sur le développement du territoire, l’habitation et l’environnement, tenait également à relativiser tout le débat autour des encombrants. Elle soutient que depuis l’entrée en vigueur de nouvelles règles pour la collecte de déchets, le 15 juillet dernier, seulement 67 requêtes ont été reçues au 3-1-1 à propos des matières résiduelles. De ce nombre, seulement 39 concerneraient des encombrants.

« On dessert, à Gatineau, 130 000 portes. Il y en a 67 qui nous ont contactés pour des problématiques. Pour moi, qu’il y ait 67 requêtes pour 130 000 portes, ce n’est pas une situation alarmante. »

Alors que certains conseillers, dont la mairesse suppléante, Louise Boudrias, souhaitent la tenue d’une séance spéciale du conseil municipal le 23 août pour changer les règlements en place, Maude Marquis-Bissonnette soutient que ça peut attendre à la réunion prévue cinq jours plus tard.

« Il y a des processus qui sont en cours, en train d’être réalisés, mais qui ne peuvent être précipités davantage par un conseil municipal spécial », affirme Mme Marquis-Bissonnette.

La conseillère municipal, Maude Marquis-Bissonnette,  propose d’instaurer la gratuité pour le dépôt d’encombrants au centre de transbordement.

Gratuité au centre de transbordement
Rappelons que la polémique provient de changements à la collecte de déchets en vigueur depuis la mi-juillet. Plutôt que de ramasser les déchets encombrants devant une propriété aux deux semaines, une collecte a lieu quatre fois par année.

L’élue explique qu’entre 12 et 20 personnes se rendaient quotidiennement au centre de transbordement pour se débarrasser d’encombrants avant le 15 juillet, malgré les frais de 50 $. Elle admet cependant que la Ville n’avait pas anticipé une hausse de l’achalandage après les changements à la collecte et se dit favorable à la gratuité.

La conseillère du district du Plateau précise toutefois que des embauches seront nécessaires au centre de transbordement pour assurer la sécurité des gens envoyés sur place pour jeter leurs déchets trop volumineux pour aller à la poubelle.

Maude Marquis-Bissonnette réitère que l’objectif derrière les changements à la gestion des matières résiduelles est de changer les habitudes des gens et diminuer la quantité de déchets envoyée au dépotoir.

Elle ne croit pas qu’il y ait lieu d’augmenter la fréquence des collectes d’encombrants comme le souhaite d’autres membres du conseil.

« Ce sont des objectifs fixés par le gouvernement du Québec, que toutes les villes doivent atteindre. Pourquoi c’est important ? Parce que c’est un effort concret en matière de lutte aux changements climatiques. »

« Les mesures viennent d’entrer en vigueur, ça ne fait même pas un mois. Donnons nous le temps, évaluons vraiment comment ça se passe et, au besoin, on fera les ajustements. Mais en ce moment, on n’est pas là », conclut Mme Marquis-Bissonnette.