Les Snowbirds seront de la fête à Gatineau.

De beaux joujoux dans le ciel de Gatineau

Plus de 100 ans d’histoire de l’aviation mondiale se dérouleront dans le ciel de Gatineau, samedi, dans le cadre de l’événement Aéro Gatineau-Ottawa. La région reçoit des centaines de passionnés d’aviation, aux commandes d’appareils datant de la Première Guerre mondiale, et d’un CF-18, encore utilisé pour surveiller l’espace aérien du Canada et des États-Unis.

L’Aéroport exécutif Gatineau-Ottawa grouille d’activités depuis vendredi. Sur le tarmac, des bijoux historiques, des appareils à hélices et des avions à réaction se croisent.

La tête d’affiche de cette année est un CF-18 Hornet aux couleurs du 60e anniversaire du NORAD, le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord.

Le chef d’équipe d’entretien du CF-18, le sergent Marc-André David, est un passionné qui ne lésine sur aucun détail pour garder ce modèle de 1982 aussi performant qu’à l’état d’origine. Son passage au ras du sol lors des exercices préparatoires de vendredi, a déchiré l’air... et les tympans.

« Il opérationnel, et une fois la saison des spectacles terminée, on va le mettre en état pour retourner en zone d’alerte, en mission d’exercice, ou en combat à l’étranger sans problème. On le repeinture gris, on ajoute des bidons d’essence, de l’armement, des gadgets électroniques, et il est prêt à retourner en mission. »

Le sergent, qui a fait le tour des grands spectacles aériens, vante l’événement gatinois. « Ici, ce qui est le fun, ce sont les avions d’époque. Habituellement, on n’en voit pas sur le circuit. On est habitués à avoir des F-15, des F-16. Ici, les appareils remémorent l’histoire, et ça nous permet de voir où on est rendus. »

Le spectacle gatinois ne prétend pas être de la même envergure que le plus grand événement du genre au monde, le Royal International Air Tattoo, en Angleterre.

« C’est 30 pays et 300 avions, se rappelle le sergent David. C’est un peu le Temple de la Renommée. Là-bas, nous sommes des enfants dans un magasin de jouets ! »

Un peu plus loin, près de la piste d’atterrissage, la lieutenante Michèle Tremblay parle de « ses » avions qui représentent le Canada partout dans le monde. La porte-parole des Snowbirds parle de cet escadron, fondé en 1954, avec passion.

Cette fin de semaine, elle embarquera dans l’appareil #11 et participera, dans le siège du passager, à la formation Inukshuk dans le ciel de Gatineau. Cette envolée en formation serrée doit être présentée vers la fin du numéro.

« Quand on est sur l’équipe, c’est pour environ deux ans. Lorsqu’on n’est pas en saison de spectacles, on est en préparation pour la prochaine année. C’est un rêve. On a fait manœuvres à 4G (force centrifuge). On est très bien attachés, on a une vision 180 degrés, et je peux vous dire que ce qu’on voit lorsqu’on est au-dessus de Gatineau, et du parc de la Gatineau, c’est formidable. »