Des élues ont reçu un résumé des modifications environnementales effectuées au lac Beauchamp.

Dans les coulisses des travaux au parc du Lac-Beauchamp

«Le parc du Lac-Beauchamp est vraiment un beau cas de figure», a lancé la conseillère Maude Marquis-Bissonnette, lors d’une marche exploratoire pour découvrir les travaux environnementaux de près d’un million de dollars réalisés à cet endroit.

La présidente de la Commission sur le développement du territoire, l’habitation et l’environnement s’est montrée impressionnée par la multitude de mesures prises dans le cadre du Plan de gestion environnementale.

«C’est un bel exemple au niveau de la gestion de la préservation d’un écosystème en soi. On le sait, on a importé des pratiques qui étaient développées entre autres aux États-Unis, c’est une première canadienne, alors on a tout avantage à diffuser cette pratique-là. [...] On veut préserver ces espaces-là comme milieux récréatifs, mais aussi comme milieux naturels. C’est un très beau modèle», de dire l’élue.

Sur le site, certains des changements sont perceptibles à vue d’œil, d’autres non, si bien que la Ville de Gatineau a cru bon de détailler l’ABC des travaux effectués en 2018-2019 lors d’une visite des lieux.

Par exemple, mentionnons l’aménagement de quatre jardins de pluie, l’amélioration de la bande riveraine avec la plantation de végétaux ; l’aménagement de zones de rétention de l’eau de pluie sur la plage ; ainsi que l’aménagement d’un sentier d’accès universel, lequel permet entre autres de résoudre des problèmes d’érosion. Aussi, le stationnement est désormais écologique avec certains espaces aménagés avec des dalles alvéolées en plastique recyclé et des lampadaires écoénergétiques avec lumière LED.

La prochaine étape des travaux consistera à installer des panneaux d’interprétation pour le public et à déposer dans le plan d’eau des toiles de jute décomposables dans le but de contrôler la propagation des plantes aquatiques envahissantes telles que le myriophylle à épi.

«On a aussi un volet assez important qui est de renouveler l’eau du lac afin qu’elle puisse circuler plus rapidement. On a fait une étude de faisabilité pour ajouter de l’eau souterraine dans le lac, afin de la diluer et améliorer sa qualité. On va poursuivre dans cette lignée-là en installant un nouveau puits, une nouvelle conduite, etc», soutient Geneviève Michon, coordonnatrice de projet en environnement à la Ville de Gatineau.