Le conseiller Daniel Champagne ne perçoit pas d'excuses dans la déclaration écrite de Nathalie Lemieux, diffusée lundi matin.

Daniel Champagne attend encore les excuses de Nathalie Lemieux

Le président du conseil municipal de Gatineau, Daniel Champagne, ne perçoit pas d’excuses formelles de la part de la conseillère Nathalie Lemieux dans la lettre qu’elle a fait parvenir aux médias lundi matin.

«Elle a fait une tentative de justifier ses propos dans laquelle je ne vois pas d’excuse, dit-il. Des ponts ont été fragilisés et ils doivent être rebâtis. Je ne sens pas dans les propos de Mme Lemieux, ce matin, quelque chose qui va contribuer à renforcer ces ponts. J’espère d’autres gestes de sa part pour montrer que Gatineau favorise la diversité.»

M. Champagne accueille positivement la décision de la conseillère Lemieux de quitter de son propre chef son poste de mairesse suppléante et de membre du comité exécutif. Quant à sa place à la table du conseil, M. Champagne affirme qu’«il lui revient à elle et aux citoyens de juger de ça».

À LIRE AUSSI: La conseillère Nathalie Lemieux s'explique

Le président du conseil admet être perturbé par la polarisation des débats sur les réseaux sociaux qui ont été soulevés par les propos de Mme Lemieux concernant l’islamophobie et l’intégration des communautés musulmanes à la société québécoise et gatinoise. De très nombreux internautes offrent leur appui à Mme Lemieux. 

«Je me suis imposé un recul et une réflexion, toute la fin de semaine, et selon moi, la rigidité qu’on voit dans certains commentaires me fait dire qu’il faut travailler encore plus fort pour faire tomber l’ignorance de certains et pour favoriser le vivre-ensemble. C’est l’ignorance qui amène la polarisation dans les discussions actuellement. Il y a de l’islamophobie à Gatineau et je crois qu’il faut voir ce qui se passe actuellement comme un électrochoc. Je demeure persuadé que Gatineau n’est pas une ville remplie d’intolérance qui rejette la diversité, bien au contraire. Les Gatinois favorisent la diversité et savent qu’elle nous rend plus forts. Mais on doit continuer à travailler très fort pour favoriser le vivre-ensemble.»

«Jugée trop vite», dit Duggan

Le conseiller Mike Duggan qui écrivait sur sa page Facebook, vendredi, faire «plus confiance à Mme Lemieux qu’aux journalistes» et qu’il fallait d’abord attendre la version de la conseillère avant de la condamner, s’est de nouveau exprimé sur son compte Twitter, lundi matin. «Mme Lemieux a fait une déclaration sur son Facebook, a-t-il écrit. J’espère que cela mènera à des discussions honnêtes et ouvertes sur la manière de progresser en harmonie. Trop de gens ont trop vite jugé. J’espère que nous avons tous appris une leçon de cela.»

Plusieurs conseillers municipaux contactés par Le Droit ont préféré attendre encore quelques heures avant de commenter la sortie de Mme Lemieux. Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, devrait prendre la parole plus tard aujourd’hui. 

Plus de détails à venir