Le propriétaire de Croisières Outaouais, Robert Taillefer.

Croisières Outaouais devrait rester au Quai des artistes

Tout indique que les bateaux de Croisières Outaouais resteront amarrés au Quai des artistes pour les 25 prochaines années.
L'entreprise a été la seule à répondre à l'appel d'offres de la Ville de Gatineau pour l'utilisation du quai situé sur la rue Jacques-Cartier, en bordure de la rivière Gatineau.
« Grande nouvelle !!! Croisières Outaouais/Ottawa Boat Cruise a remporté l'appel d'offres de la Ville pour les droits d'amarrage aux Quai des artistes de Gatineau pour les 25 prochaines années », s'est empressé d'écrire tard jeudi soir sur le réseau social Facebook le propriétaire de l'entreprise, Robert Taillefer.
La soumission de Croisière Outaouais doit d'abord être analysée par des fonctionnaires de la Ville, qui formuleront des recommandations au conseil municipal. Les élus seront ensuite appelés à trancher.
Le processus d'approbation par le conseil n'est qu'une formalité, estime M. Taillefer, qui a déjà sabré le champagne. « On a fêté en masse (jeudi soir). »
Croisière Outaouais, locataire de longue date de l'emplacement, a obtenu les droits d'amarrage du printemps 2015 à l'automne 2039.
M. Taillefer a eu maille à partir avec l'administration municipale depuis 2008. La Ville de Gatineau refusait de concéder un bail à long terme à Croisière Outaouais en plus d'exiger d'importantes hausses des frais de location chaque année, afin de se rapprocher du prix du marché.
L'entrepreneur qualifie de « juste » le prix d'exploitation offert à la Ville pour l'utilisation du quai. « On parle d'un peu plus de 30 000 $ », indique-t-il, sans offrir plus de détails.
M. Taillefer mise sur la revitalisation du secteur de la rue Jacques-Cartier pour rentabiliser son investissement et opérer un virage dans son entreprise. La Ville de Gatineau et la Commission de la capitale nationale investiront 42 millions $ au cours des prochaines années pour refaire la rue Jacques-Cartier.
Le quai sera aussi entièrement rénové aux frais de la municipalité. « On veut tranquillement aller vers du touristique et moins vers de l'événementiel », affirme-t-il, soulignant au passage le travail essentiel de l'ancien conseiller Luc Angers au maintien du quai lorsque ce dernier était menacé de démolition.
M. Taillefer souhaite maintenant enterrer la hache de guerre et travailler « en partenariat » avec la Ville de Gatineau pour aider à développer le secteur.