Le ministre responsable de l'Outaouais, Mathieu Lacombe

Crise de confiance en logement: le ministre Lacombe fait un rappel à l’ordre

Le ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, a envoyé un « message on ne peut plus clair » à l’Office d’habitation de l’Outaouais (OHO) et son directeur général Mario Courchesne, jeudi matin, en enjoignant tous les partenaires dans le domaine du logement à « travailler en équipe ».

M. Lacombe s’est aussi fait insistant quant à l’importance d’utiliser les outils rendus disponibles par Québec pour aider les gens à se retrouver un logement alors que la région affiche le plus bas taux d’inoccupation de tout le Québec. Réagissant au refus de l’OHO d’octroyer les subventions d’urgence pour le supplément au loyer, M. Lacombe a d’abord affirmé que le rôle du gouvernement est de donner aux villes et aux régions les moyens d’agir. 

« Ensuite, on s’attend à ce que les moyens soient déployés, dit-il. Comment ? Il revient à la communauté de décider, mais je le répète, je veux que tout le monde travaille ensemble. Ma collègue Andrée Laforest [ministre des Affaires municipales et de l’Habitation] et moi on s’attend et on exige que tout le monde travaille en équipe. C’est ce qu’on demande parce que la situation est préoccupante. »

À LIRE AUSSI: Crise du logement: Pedneaud-Jobin réagit aux propos de Courchesne

>> L’Office d’habitation se comporte en «roi et maître», accuse François Roy

Les commentaires du ministre responsable de l’Outaouais surviennent alors qu’une crise de confiance a éclaté au grand jour au cours des 48 dernières heures. 

Dans l’édition du Droit de ce jeudi, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a accusé l’OHO et son directeur général Mario Courchesne de ramer en direction opposée de tous les partenaires en logement dans la région et de ne pas jouer leur rôle. 

« Pire, il jette de l’huile sur le feu » en attaquant publiquement des partenaires, a ajouté le maire. Quant au coordonnateur de Logemen’occupe, François Roy, il a affirmé que M. Courchesne se comporte depuis des années en « roi et maître » du logement dans la région. 

Plus tôt cette semaine, M. Courchesne a affirmé au Droit que certains organismes en logement refusaient de combler des logements subventionnés parce que la clientèle dans le besoin ne leur convenait pas. 

Il a aussi affirmé que la Ville de Gatineau aurait pu investir plus dans la construction de logements abordables au cours des dernières années, et il a dit que les subventions d’urgence de supplément au loyer étaient une mesure essentiellement inutile dans le contexte actuel. 

Avec Justine Mercier, Le Droit