Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Couvre-feu: les policiers feront des vérifications aléatoires, assure le maire de Gatineau

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Que des Gatinois reçoivent des contraventions de plus de 1000 $ pour ne pas avoir respecté le couvre-feu décrété à partir de samedi par le gouvernement du Québec n’empêchera le maire Maxime Pedneaud-Jobin de dormir. «Je n’ai pas d’émotion du tout si des gens qui ne respectent pas les règles reçoivent une contravention, dit-il. Il doit y avoir des conséquences pour ces gens-là. Moi, ce qui m’empêche de dormir c’est la propagation du virus qui ne ralentit pas.»

Le maire de Gatineau reconnaît que le couvre-feu est une «mesure forte» qui viendra limiter les libertés de tout un chacun, mais il estime que le premier ministre François Legault l’impose pour les bonnes raisons. 

«On est dans une société libre et démocratique et ces raisons peuvent être critiquées, dit-il. On est capable de s’exprimer et nous vivons dans une société où si le gouvernement exagère on serait capable de le ramener à l’ordre […], mais je pense qu’il faut se rallier derrière le gouvernement et les mesures en place. Il faut qu’on se débarrasse au plus sacrant de ce virus-là. Je suis beaucoup plus inquiet de la propagation du virus que je suis inquiet pour nos libertés.»

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbeault, a affirmé, jeudi, qu’il revenait à chacun des corps policiers de déterminer comment ils allaient assurer leur présence sur le territoire afin de faire respecter le couvre-feu. À Gatineau, les policiers s’assureront du respect du couvre-feu sans déploiement particulier, ni ajout d’agents sur le territoire.

«Les vérifications se feront dans le contexte des opérations normales de travail, a précisé le maire Pedneaud-Jobin. Il n’y aura pas un déploiement policier à tous les coins de rue, pas du tout. Les policiers pourront cependant interpeller des gens et faire des vérifications de manière aléatoire de ceux qui circuleront dans les rues au moment où ils ne devraient pas. L’objectif ne sera pas de donner des contraventions, de nuire aux gens qui auront de bonnes raisons de se déplacer et de les inquiéter avec une présence policière exagérée. Les policiers ne vont pas se mettre à arrêter systématiquement tous ceux qui circuleront après 20h, mais tous devront savoir que si les règles ne sont pas respectées, il y aura des conséquences.»

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin

Le maire rappelle que les policiers auront toutefois la possibilité de s’adapter en fonction de la situation sur le terrain. Des déploiements policiers particuliers pourront toujours être réalisés s’ils devenaient nécessaires.

Ontariens

Comme la ministre Guilbeault, le maire rappelle aux Ontariens qui traversent régulièrement en sol québécois que la loi s’appliquera à tout le monde. «Si des gens traversent la rivière pour des raisons qui ne sont pas essentielles, ils recevront des contraventions, dit-il. Les policiers vont exercer leur jugement. Ils savent qu’il y a dans la région des gens qui travaillent des deux côtés de la rivière, qu’il y a des familles qui sont des deux côtés et que ça peut amener des aidants naturels à devoir se déplacer, mais les gens auront besoin d’une raison valable.»

Depuis le début de la pandémie, les Gatinois ont démontré un niveau élevé de responsabilité et de discipline, note le maire Pedneaud-Jobin. Les données statistiques le démontrent clairement, ajoute-t-il. «Gatineau reste la ville la moins touchée en proportion, dit-il. J’en suis très fier et je veux que ça reste comme ça. Je demande aussi aux gens de se rappeler qu’il y a de l’espoir, plus qu’il y en avait au printemps dernier. On a maintenant un vaccin et chaque jour qui passe nous rapproche de la fin de la crise.»


« Il faut qu’on se débarrasse au plus sacrant de ce virus-là. Je suis beaucoup plus inquiet de la propagation du virus que je suis inquiet pour nos libertés. »
Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

Impacts sur la Ville

Les nouvelles restrictions gouvernementales apporteront leur lot de changements aux activités municipales. Les activités de libre participation à l’intérieur sont annulées, tout comme les spectacles prévus à la programmation hivernale. Le couvre-feu force aussi des modifications et des réductions de services aux écocentres, à la Cour municipale et dans les bibliothèques. Le nouvel horaire peut être consulté sur le site de la Ville de Gatineau. Les activités extérieures demeurent permises jusqu’à 19h, dans le respect des directives de la Santé publique. 

Quant au service de la Société de transport de l’Outaouais (STO), ils seront maintenus à 80 % de ce qui était en place en 2019 afin de répondre aux besoins d’accès au transport collectif pour les travailleurs essentiels. Ce nouveau confinement aura toutefois un impact sur les revenus du transporteur public, note le maire Pedneaud-Jobin. «Oui, c’est un autre coup dur, dit-il. On espérait que les choses allaient s’améliorer un peu plus vite, mais ce n’est pas le scénario actuellement. Nous avons cependant géré l’aide gouvernementale de manière prudente et nous pouvons donc faire face à ces baisses de revenus tout en maintenant notre offre de service. L’aide de Québec que nous avons mis de côté, dans le contexte actuel, risque de nous être utile.»