Myriam Nadeau, présidente de la STO

Consultation publique de la STO : un tramway passant par des Allumettières est privilégié

Deux grands constats ressortent de la consultation publique organisée en juin dernier par la Société de transport de l’Outaouais (STO) sur le futur lien structurant de transport en commun dans l’ouest. Les 668 répondants se sont montrés attirés par un système sur rail, surtout ceux des secteurs concernés. Ils sont cependant majoritairement réticents à ce qu’il passe par le cœur du centre-ville d’Aylmer, préférant un tracé utilisant le boulevard des Allumettières.

Ce faisant, une majorité de répondants rejettent le tracé proposé par le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, qui doit se frayer un chemin dans l’étroite rue Principale et sur le chemin d’Aylmer pour se rendre au centre-ville. « Le but d’une consultation publique c’est de prendre le pouls de la population et c’est le retour qu’on a donc j’en prends acte, a indiqué la présidente de la STO, Myriam Nadeau. Ce sera un intrant pour la suite des choses et on verra à l’ultime ce que ça va donner. »

Des cinq scénarios mis à l’étude, deux impliquent un système hybride mariant le rail et l’autobus. Un seul scénario prévoit uniquement un système par rail. Les répondants se sont ralliés dans une proportion de 78 % à l’un de ces trois scénarios, alors que 47 % préfèrent un modèle qui ne ferait appel qu’aux rails. La proportion des gens favorables à un système tout rail est encore plus élevée dans les secteurs où il passerait. 

Tracé

L’impact de la future infrastructure de transport sur les riverains et le peu d’espace disponible du point de vue des répondants sur la rue Principale et le chemin d’Aylmer les poussent à privilégier un tracé qui emprunterait le boulevard des Allumettières de son point de départ, à l’ouest, sur le chemin Eardley, jusqu’au chemin Vanier. Seulement 16 % des répondants souhaitent voir le futur lien structurant sur la rue Principale. La possibilité d’expropriation, partielle ou totale, pour faire place à la nouvelle infrastructure n’enchante guère les citoyens ayant répondu à la consultation publique. 

Ainsi, le tracé privilégié par les répondants, selon les tronçons, offrirait une masse critique d’utilisateurs potentiels situés à distance de marche moins importante que le tracé proposé par le maire Pedneaud-Jobin. Questionnée à savoir si un changement de tracé pourrait avoir un impact sur la recherche de financement, alors que les programmes gouvernementaux sont basés sur l’achalandage des dernières années, Mme Nadeau a répondu qu’il s’agissait pour l’instant de « spéculations ». Selon elle, le projet et les besoins dans le secteur demeurent pertinents. « En termes de population à desservir, on est dans un secteur en pleine croissance qui va continuer de croître, a-t-elle souligné. La recherche de financement ne sera pas différente. »

Un répondant sur deux a aussi affirmé souhaiter voir le lien emprunter le boulevard du Plateau, à partir du chemin Vanier, plutôt qu’il poursuive sa route sur le boulevard des Allumettières. Cette option se rapproche du tracé défendu par le maire de Gatineau dans ce secteur en raison de la proximité avec les zones résidentielles densément peuplées. Quant à la portion finale du tracé qui doit atteindre le centre-ville, un répondant sur deux aime mieux un passage derrière l’Université du Québec en Outaouais, plutôt que sur le boulevard Alexandre-Taché. 

Quant à l’enjeu de l’arrimage avec le système de train léger à Ottawa, près d’un répondant sur deux souhaite une liaison à l’abri de la congestion routière, offrant une fréquence de service élevée et un trajet plus rapide. Près de 60 % des répondants voudraient que le lien structurant puisse les mener au-delà de la station Lyon, à Ottawa.

+

Exit le train léger à Gatineau

Il n’est désormais plus question de train léger pour desservir l’ouest de Gatineau, mais bien de tramway. C’est d’ailleurs sur cette base que la Société de transport de l’Outaouais (STO) a consulté la population en juin dernier.

Le changement de terme pour préciser ce que voulait dire « système structurant sur rail » s’est fait tout doucement, dans la dernière année, « au fur et à mesure que les éléments techniques se sont raffinés », a fait savoir, mercredi, la présidente de la Société de transport de l’Outaouais (STO), Myriam Nadeau. « Le mode sur rail qu’on propose est un tramway », a-t-elle confirmé.

Un expert de la STO a expliqué qu’un système de train léger comme à Ottawa « est beaucoup trop gros pour nos besoins de déplacement ». De fait, une voiture de train léger peut transporter environ 600 passagers, alors qu’une voiture de tramway peut accueillir entre 250 et 350 personnes.

Le modèle de tramway qui verrait le jour à Gatineau est aussi plus adapté à une insertion dans un cadre déjà construit et ressemblerait en tout point à celui en préparation à Québec, en site propre, avec une priorité aux feux de circulation. Les coûts d’un tel système varient de 50 à 80 millions $ du kilomètre.