Construction imminente de la station Lorrain du Rapibus

La Société de transport de l’Outaouais (STO) vient d’octroyer trois contrats pour la réalisation de la station Lorrain du Rapibus, dont la construction devrait commencer « d’ici cinq semaines ».

Selon les documents présentés vendredi lors d’une assemblée extraordinaire du conseil d’administration de la STO, cinq soumissions variant entre 6,2 et 7,9 millions $ ont été reçues pour la construction de la future station du corridor du Rapibus.

Le contrat a été octroyé au plus bas soumissionnaire conforme, soit la firme Construction J. Raymond de Mirabel, avec un prix de 6 197 572 $. Avec les taxes, ce contrat représente une dépense de 7,1 millions $ pour la STO. Les quatre soumissions qui n’ont pas été retenues avaient toutes été présentées par des firmes de l’Outaouais.

Les deux autres contrats accordés vendredi concernent la surveillance des travaux et le « contrôle qualitatif des matériaux ». Ces contrats ont respectivement été accordés à WSP Canada pour 362 000 $ (taxes incluses) et à GHD Consultants pour 90 500 $ (taxes incluses).

La présidente de la STO, Myriam Nadeau, a souligné que même si les travaux de construction seront lancés « d’ici cinq semaines », des « travaux préparatoires » ont déjà été effectués sur le terrain qui accueillera la station Lorrain.

Mme Nadeau a fait savoir que le transporteur public a prévu un budget de contingence pour ce projet en guise de « mesure de précaution » en cas d’imprévus. « On espère ne pas avoir à y puiser, mais on ne peut pas juste faire des gros projets comme ça sur de l’espérance, a mentionné la présidente de la STO. Il faut évidemment prévoir le coup si jamais ça se présente et puis à cet égard-là, la STO a fait ses devoirs. »

Le projet du prolongement du Rapibus comprend aussi évidemment la construction du corridor entre la station Labrosse et la future station Lorrain. Le ministre André Fortin avait annoncé plus tôt ce printemps un investissement de 26,5 millions $ pour ces travaux dont les coûts totaux sont estimés à 35,4 millions $.

La mise en service de ce nouveau tronçon de trois kilomètres est actuellement prévue pour l’automne 2020. La directrice générale de la STO, Line Thiffeault, a fait savoir qu’un échéancier plus précis pourra être établi lorsque les plans et devis seront terminés.

Du travail doit aussi être effectué pour assurer le respect des normes environnementales, entre autres parce que le corridor traversera le parc du lac Beauchamp. Mme Thiffeault ne cache pas que les normes gouvernementales, « qui ont changé au cours des dernières années », pourraient avoir un impact sur le budget nécessaire.