Le conseiller municipal et président du comité exécutif, Cédric Tessier. 

Conflit d’intérêts: Tessier découpe l’argumentation de Boudrias

La notion de conflit d’intérêts soulevée mardi par Louise Boudrias a donné lieu à une nouvelle guerre de mots par média interposé entre la conseillère et le président du comité exécutif, Cédric Tessier.

Ce dernier a affirmé au Droit que si Mme Boudrias était en conflit d’intérêts au moment de voter sur le nouveau protocole d’entente liant la Ville de Gatineau à l’organisme Place des festivals, elle l’était en réalité depuis plus d’un an dans ce dossier. 

«Je ne crois pas qu’elle soit en conflit d’intérêts, lance-t-il. Je crois qu’elle s’est trouvé un faux prétexte pour ne pas voter. Mais en suivant sa logique, Mme Boudrias s’est placée en position de conflit d’intérêts à des dizaines de reprises dans ce dossier dans la dernière année. Elle a fait partie de l’ensemble des discussions concernant ce protocole, elle a fortement tenté d’influencer les discussions, ainsi que le vote de ses collègues. Jamais elle ne s’est retirée de la discussion alors qu’elle aurait dû le faire. Si elle était en conflit d’intérêts comme elle l’affirme, c’est très grave en regard de la loi. La sanction prévue pour ça est très sévère. Mme Boudrias ne pourrait plus exercer une charge publique pour les cinq prochaines années.»

À LIRE AUSSI: Une «clause Hamelin» à Place des festivals

Mme Boudrias rétorque qu’elle demande depuis plusieurs années que le rôle des élus au sein d’autres organisations soit clarifié. Elle ajoute que la demande récente par l’administration d’un avis juridique sur la question a fait augmenter son degré de malaise et c’est ce qui l’a poussé à signifier publiquement un conflit d’intérêts dans les minutes qui précédaient le vote mardi. 


« Je crois qu’elle s’est trouvé un faux prétexte pour ne pas voter. Mais en suivant sa logique, Mme Boudrias s’est placée en position de conflit d’intérêts à des dizaines de reprises dans ce dossier dans la dernière année. »
Cédric Tessier

Cédric Tessier n’achète pas du tout cette explication de sa collègue. «L’avis juridique a été demandé en octobre 2019 et Mme Boudrias était tout à fait au courant de ça, précise-t-il. Mme Boudrias ne s’est pas empêchée de continuer d’intervenir dans ce dossier et de tenter d’influencer ses collègues après le mois d’octobre. Elle l’a fait jusqu’à mardi, à quelques minutes du vote.» 

Claude Hamelin

Le président du conseil précise qu’un avis juridique externe a été obtenu par la Ville de Gatineau par rapport aux risques de conflits d’intérêts liés aux différentes positions occupées par le promoteur Claude Hamelin. Ce dernier est à la fois directeur de Place des festivals, qui reçoit du financement municipal, et directeur de la programmation pour Zibi une compagnie privée qui obtient des services de Place des festivals. M. Tessier précise que l’avis juridique a confirmé les craintes de la Ville dans ce dossier et que c’est ce qui a motivé l’ajout d’une clause à cet effet dans le nouveau protocole. 

Quant à l’avis juridique demandé par la Ville en 2016, concernant Claude Hamelin, qui avait conclu qu’il n’y avait à l’époque pas de conflit d’intérêts, M. Tessier explique que bien des choses ont changé depuis. «Lors du premier avis juridique, la Ville de Gatineau ne finançait pas les opérations de l’organisme Place des festivals, alors que c’est le cas aujourd’hui. Ça change tout.»