Ce cône a été enseveli sous le bitume dans le secteur Masson-Angers, une erreur corrigée «à peu près immédiatement», selon le maire.

Cône orange: les médias nuisent à leur crédibilité, selon Pedneaud-Jobin

En publiant une photo d'un cône orange pris dans le bitume, résultat d'une intervention des cols bleus de la Ville de Gatineau en fin de semaine, les médias nuisent plus à leur propre crédibilité qu'autre chose, selon Maxime Pedneaud-Jobin. 
Le maire de Gatineau a pris l'habitude de dire le fond de sa pensée lorsqu'il n'est pas satisfait du travail des médias et la mêlée de presse, mardi matin, a été une autre occasion pour lui de passer son message.
«C'est clair que quelqu'un n'a pas pris la meilleure décision en fin de semaine et elle a été corrigée à peu près immédiatement, mais moi, je me pose la question, pourquoi je suis en train de répondre à ça ?», a-t-il lancé lorsqu'interpellé par les médias sur ce qui a pu passer par la tête d'un des employés de la Ville, à Masson-Angers, ce week-end.
La photo du cône orange pris dans le bitume qui recouvrait un nid de poule a fait le tour de la province, lundi, en étant reprise par de nombreux médias. La photo publiée par Le Droit a été partagée près de 6000 fois sur Facebook. Cette nouvelle insolite est rapidement devenue la nouvelle la plus lue sur les sites Internet de plusieurs médias, autant régionaux que nationaux. 
«Est-ce que c'est normal ? s'est demandé le maire. Il y a quelque chose qui me dépasse là-dedans. Quand on dit que la crédibilité des médias traditionnels baisse et se rapproche de celle des politiciens, je pense que des petites anecdotes comme celle-là font partie du problème.»

Des affiches inversées délibérément à Ottawa

Plusieurs résidents d'Ottawa se sont demandés pourquoi des affiches de signalisation ont été posées à l'envers, le long des rues du secteur de la Basse-Ville.
Des résidents de Vanier et de la Basse-Ville d'Ottawa ont sursauté, au cours des dernières semaines, en constatant que des affiches avaient été posées à l'envers dans les rues de leur secteur. 
On pourrait croire à une erreur d'un col bleu qui a oublié de prendre son café avant de commencer sa journée de travail. Le message « Mesures de modération de la circulation » est partiellement voilé pour le piéton qui croise l'affiche, mais il est surtout en sens opposé pour les automobilistes à qui il s'adresse.
La citoyenne qui a rapporté la situation au Droit, Marie Élisabeth Brunet, se demandait bien pourquoi les affiches ont été installées face contre le poteau.
« On ne veut pas faire une grande histoire, on trouve ça un peu comique. [...] On se demandait si c'était un poisson d'avril plus tôt que d'habitude », a indiqué Mme Brunet.
La situation en a fait rire certains. Or, le geste était entièrement intentionnel, répond la Ville d'Ottawa.
« La Ville a choisi de tourner à l'envers les panneaux de modération de la circulation durant les mois d'hiver au lieu de les retirer complètement, ce qui permet d'économiser temps et argent au moment de leur réinstallation au printemps », explique le directeur de la circulation routière de la Ville d'Ottawa, Phil Landry.
M. Landry ajoute que la mesure est répandue à travers les municipalités canadiennes.
« La Ville comprend toutefois que c'est une nouveauté pour les conducteurs d'Ottawa », ajoute le directeur de la circulation routière.
Avec Julien Paquette, Le Droit