Le président de la société française Derichebourg, Thomas Derichebourg

Collecte des ordures: un géant européen entre en scène à Gatineau

Dès le lever du soleil, jeudi, la collecte des ordures aura une toute nouvelle couleur à Gatineau, alors que les camions vert et jaune de la compagnie américaine Waste Management céderont les routes aux véhicules blancs, flambant neufs, de la multinationale française Derichebourg.
L'entreprise familiale qui est déjà un géant en Europe dans le domaine de la gestion des matières résiduelles a remporté, l'automne dernier, le contrat d'une valeur de 45 millions $ pour la collecte des déchets, du recyclage et des matières compostables pour au moins les quatre prochaines années à Gatineau. Derichebourg vient ainsi mettre fin à la main mise qu'avaient Waste Management et Malex sur le marché gatinois depuis 2006. 
En entrevue avec Le Droit alors qu'il était de passage à Gatineau, lundi, le président de la société française dont le chiffre d'affaires en 2014 dépassait les 2,5 milliards d'euros, Thomas Derichebourg, affirme que la force de sa compagnie réside dans sa capacité et surtout sa volonté à s'appuyer sur les compétences locales. 
« Je crois beaucoup aux forces locales, dit-il. Nous sommes une entreprise familiale et nous agissons comme tel. Au Maroc, l'entreprise est dirigée par des Marocains, qui font appel à des sous-traitants marocains. C'est la même chose en Belgique, en Allemagne ou au Portugal. Ce sera le même mode de fonctionnement ici. »
La première démonstration de cette caractéristique de Derichebourg a été l'embauche de plusieurs dizaines d'anciens employés de Waste Management. « Il était nécessaire, à mes yeux, de reprendre ces gens qui s'inquiétaient pour leur avenir, dit-il. Ils ont manifesté le désir de travailler avec nous. Ils connaissent déjà la collecte et le terrain. » En tout, c'est une centaine d'employés qui travailleront pour Derichebourg à Gatineau.
Derichebourg a investi plus de 11 millions $ en équipements pour honorer son contrat avec Gatineau. La quarantaine de camions achetés par la compagnie seront tous équipés d'un système de mise en veille développé par une firme montréalaise qui permettra de réduire de 30 % les émissions de gaz à effet de serre. « Le moteur arrête de tourner dès que le véhicule s'immobilise, précise M. Derichebourg. C'est un avantage pour la sécurité de nos employés. C'est aussi beaucoup plus calme autour du véhicule et diminue grandement le bruit occasionné par la collecte dans les rues.  
Thomas Derichebourg ne cache pas son intention de poursuivre son expansion au Canada au cours des prochaines années. Déjà présent dans huit arrondissements de Montréal, la multinationale française reconnaît que Gatineau sera une «formidable vitrine» pour tenter éventuellement de conquérir le marché d'Ottawa. 
La compagnie souhaite aussi participer sérieusement à la recherche de solutions quant à la gestion des déchets ultimes. Québec interdira l'enfouissement des déchets d'ici quelques années. «Nous serons de cette réflexion, indique M. Derichebourg. Nous pourrions apporter des solutions de traitement. C'est certainement un sujet sur lequel nous allons travailler avec les communautés.»