Le maire Maxime Pedneaud-Jobin

CLD Gatineau : le maire dénonce les compressions

Le gouvernement du Québec refuse de tenir compte de la spécificité de l'Outaouais en matière de développement économique, a accusé mercredi matin le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.
Le maire réagissait aux compressions de 10% annoncées par le ministre des Finances, Carlos Leitao, au montant de l'aide financière accordée aux Centres locaux de développement (CLD) du Québec.
Pour l'Outaouais, cette mesure d'austérité budgétaire représente un manque à gagner de plus de 112 000 $.
«Sous l'ancien gouvernement, j'avais dénoncé le fait qu'on faisait des compressions notamment dans les universités qui étaient partout pareilles au Québec, alors qu'on disait qu'on a une situation particulière en Outaouais. Pour moi c'est un peu le même raisonnement devant lequel on se trouve», soutient-il.
«On a des besoins de diversification économique qui sont plus grands ici et on a les mêmes coupures que tous les autres CLD au Québec. Je me pose la question: est-ce que Québec reconnaît qu'il y a vraiment une situation particulière (en Outaouais)? Avec ces compressions, la réponse c'est non. Pour moi c'est un problème.»
En plus de ne pas recevoir de traitement de faveur, la Ville de Gatineau reçoit une aide financière inférieure à d'autres régions, selon le directeur général de du CLD Gatineau, Michel Plouffe.
« Ce montant est important pour notre organisation, d'autant plus que nous avons fait la démonstration que le CLDG était sous-financé depuis de nombreuses années en comparaison à d'autres CLD », affirme-t-il. En 2011, Gatineau a reçu 0,83 $ par habitant de moins que Laval, 1,61 $ de moins que Québec et deux fois moins de contribution que Trois-Rivières de la part du gouvernement provincial », ajoute-t-il.
Les organismes et entrepreneurs de la région sentiront les contrecoups des compressions, selon M. Plouffe, alors que  28 % du 112 000 $ touchera directement les partenaires du CLD de Gatineau.