Sylvie Goneau croit avoir le « leadership nécessaire » pour mener le projet à terme et convaincre la classe politique régionale du bien-fondé de celui-ci.

Circulation dans l'est de Gatineau: Sylvie Goneau favorise un pont

La solution à long terme pour désengorger la circulation et rendre la vie plus facile aux usagers du transport en commun de l'est passe par la construction d'un nouveau pont entre Gatineau et Ottawa, estime la candidate à la mairie de Gatineau, Sylvie Goneau.
Au lendemain des déclarations du maire sortant Maxime Pedneaud-Jobin et des candidats d'Action Gatineau aux postes de conseillers dans Buckingham et Masson-Angers, Martin Lajeunesse et Alain Bergeron, Sylvie Goneau a fait connaître à son tour ses intentions pour développer l'est de la ville, jeudi.
Alors que l'aspirant conseiller Alain Bergeron laisse entendre qu'une technologie similaire au modèle appliqué dans le sud d'Ottawa où des trains ont été mis en place afin de transporter les usagers d'OC Transpo vers le Transitway pourrait être appliqué dans l'est, Mme Goneau estime que la solution passe plutôt par la création d'un sixième lien interprovincial. 
Un dossier qui a été longuement débattu ces dernières années et sur lequel des études ont déjà été réalisées. 
Mme Goneau croit avoir le « leadership nécessaire » pour mener le projet à terme et convaincre la classe politique régionale du bien-fondé de celui-ci. Elle n'évoque pas précisément le corridor vers l'île Kettle, toutefois.
« Je ne préconise pas un lieu en ce moment. Ce que je dis, c'est qu'il faut ramener le sujet de conversation avant même qu'on envisage des rails. Il faut ramener autour de la table tous les politiciens de tous les niveaux de la région. Il faut un pont à l'est, ce qui va aider Buckingham, Masson et Angers. Ça va faciliter l'accès à Ottawa. C'est une nécessité », dit-elle, ajoutant que le Rapibus doit également être prolongé le plus rapidement possible vers le boulevard de l'aéroport où un « stationnement incitatif d'envergure » devra être aménagé. 
À plus court terme, les lignes 93 et 95 de la Société de transport de l'Outaouais doivent être mieux équilibrées, soutient Mme Goneau, dans le but d'éviter les transferts d'usagers. « Les circuits ne passent pas aux mêmes fréquences en ce moment. Il y a des personnes qui transfert sur l'autre ligne, ce qui engorge. Il faut s'assurer qu'il y ait le bon nombre de circuits qui circulent sur chaque ligne », explique la candidate.
Une bretelle de sortie pour Georges
Par ailleurs, Mme Goneau affirme qu'une bretelle de sortie sur l'autoroute 50 en direction de la rue Georges doit être aménagée pour les automobilistes circulant en direction ouest. 
Avec la présence d'une seule caserne d'incendie pour desservir l'est de Gatineau, laquelle se trouve sur l'avenue de Buckingham, il y a là une question de sécurité, clame la candidate. 
« On a minimalement besoin d'une bretelle d'accès d'urgence à cet endroit et si possible on aura une sortie pour le grand public. Les services d'incendie doivent avoir accès facile au secteur proche de l'encan Larose, un secteur qui grossit. Il faut demander au MTQ et à Québec de mettre le projet dans les priorités », fait valoir Mme Goneau.
Quant à l'avenir de l'ancienne gare du « Vieux-Masson », celle-ci doit faire l'objet d'un projet de restauration, croit la candidate à la mairie. La revitalisation de l'ancien bâtiment historique doit passer par le soutien de la Ville de Gatineau au projet de la Corporation de développement touristique Basse-Lièvre, selon Mme Goneau.