Circulation: cauchemar à prévoir dans le centre-ville de Gatineau

Quand il pleut, l’été, pendant l’heure de pointe du matin, les automobilistes doivent prévoir, en moyenne, 15 minutes de plus pour traverser l’Île de Hull. Avec la fermeture du pont des Chaudières pour cause de travaux majeurs, cet été, c’est comme s’il allait pleuvoir tous les jours jusqu’à la fin du mois d’août.

Les automobilistes devront s’armer de patience. Le répit estival sur les routes de la région n’aura pas lieu cette année. Les utilisateurs du transport en commun, les cyclistes et les piétons seront tous touchés par des mesures de déviation de la circulation d’une ampleur encore jamais observée à Gatineau. 

Les fonctionnaires du service des infrastructures et de l’urbanisme de la Ville avaient peu de nouvelles réjouissantes pour la population, mardi matin. Les travaux pour implanter les services municipaux dans le quartier Zibi et le rehaussement de tout l’axe Eddy/Booth forceront la fermeture complète du pont des Chaudières du 3 juin au 27 août. Ça, c’est si le chantier se déroule comme anticipé. Vu la complexité des travaux, le risque que cela déborde jusqu’à la rentrée est bien présent. 

D’après la présentation faite aux élus en comité plénier, ce sont près de 23 000 véhicules qui devront être détournés du corridor Booth/Eddy tous les jours. Les simulations faites par ordinateur prévoient qu’entre 35 % et 46 % des voitures se dirigeront vers le pont du Portage. Le reste de la circulation sera dévié sur les ponts Champlain, Cartier-Macdonald et Alexandra, qui lui aussi sera en chantier tout l’été. 

Jean Audet, directeur du service des infrastructures à la Ville de Gatineau prédit déjà le prolongement des files d’attente et des blocages d’intersections en périphérie des ponts. Le refoulement sur les axes routiers se fera sentir jusque sur les autoroutes 5 et 50. Le pont Cartier-Macdonald verra le débit de camions lourd grimper d’environ 33 %. 

Les autobus de la Société de transport de l’Outaouais (STO) seront coincés eux aussi dans la circulation. Des retards dans les temps de trajets sont inévitables. Des parcours devront être modifiés. La distance de marche pour certains arrêts sera augmentée dans le centre-ville. 

« On est conscient qu’il y aura des désagréments pour les gens et c’est pour ça qu’on se prépare, a affirmé le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin. On n’est pas dans un champ ou il n’y a jamais rien eu de construit. C’est un endroit où il y a beaucoup d’histoire. Des surprises [pendant les travaux] ne sont pas à exclure. C’est pour ça qu’il est important que les partenaires restent mobilisés et qu’un comité soit opérationnel pour faire la vigie tous les jours pour voir ce qui se passe et pour changer des décisions s’il y a des accidents ou que les travaux se prolongent. On doit se préparer à des surprises. »

Mesures proposées

Évidemment, les gens seront vivement invités à prendre le transport en commun ou à enfourcher leur vélo pour se rendre au boulot cet été, mais devant le scénario presque cauchemardesque qui se profile, la Ville de Gatineau a aussi prévu des mesures d’atténuation dont les effets demeureront incertains tant qu’elles n’auront pas été utilisées. Afin de diminuer la pression, notamment sur le boulevard Maisonneuve qui deviendra plus difficile d’accès, une voie réservée temporaire pour les autobus sera aménagée sur la rue Laurier, en direction est, entre Montcalm et Maisonneuve et l’entrée du pont du Portage. 

Une autre voie réservée sera mise en place sur la rue Montcalm, en direction sud, entre Wellington et Alexandre-Taché. 

La voie réservée centrale entre Saint-Joseph et Montcalm sera reléguée sur le bord de la route, en direction est. Un virage à droite double de Laurier vers Maisonneuve, en direction sud, sera implanté. 

Cela impliquera le retrait, à cet endroit, du passage pour piéton du côté sud de l’intersection. La STO ajoutera des autobus sur son réseau afin de répondre à la demande. 

Il en coûtera 50 000 $ par semaine au transporteur public, une dépense qui n’était pas prévue au budget.