L'occupation du chantier de la rue Jacques-Cartier aura duré 43 jours, les manifestants autochtones ayant été évincés le 18 septembre dernier.

Chantier sur la rue Jacques-Cartier: le fédéral refuse d'intervenir

Le gouvernement fédéral n'a pas l'intention de s'immiscer dans le dossier de la rue Jacques-Cartier, à Gatineau.
Le ministère canadien des Affaires autochtones encourage plutôt «les parties en cause» à travailler «en partenariat» pour tenter de le résoudre «d'un commun accord».
La semaine dernière, le militant Roger Fleury avait demandé l'intervention d'Ottawa dans le dossier de la rue Jacques-Cartier, où il a été arrêté après avoir occupé ce «lieu sacré vieux de 6000 ans» afin de stopper les travaux entrepris par la Ville de Gatineau. Il s'était présenté aux Terrasses de la Chaudière afin d'aller remettre une lettre aux bureaux des ministres des Affaires autochtones, Bernard Valcourt, et du Patrimoine canadien, Shelly Glover.
«[Le ministère] a pris acte de la demande et nous encourageons toutes les parties concernées par cette question à travailler en partenariat afin de résoudre cette question d'un commun accord», a répondu par courriel un porte-parole du ministère. L'occupation du chantier de la rue Jacques-Cartier aura duré 43 jours, les manifestants autochtones ayant été évincés le 18 septembre.