Daniel Champagne

Champagne aimerait un premier bilan de la nouvelle gouvernance

Le début du présent mandat a été marqué par la mise en place de la nouvelle gouvernance. Pour le maire Maxime Pedneaud-Jobin, elle est un gage d’une plus grande transparence et d’un travail plus efficace entre le conseil et l’administration. Certains élus l’ont dénoncé.

Les journalistes affectés à l’actualité municipale ont aussi émis certaines critiques, notamment sur le nombre grandissant de rencontres derrière des portes fermées et un accès plus restreint aux fonctionnaires. Le président du conseil municipal, Daniel Champagne, qui a mené cette refonte avec le maire, estime que le temps est venu pour un premier bilan des nouvelles façons de fonctionner à Gatineau.

« On doit prendre un peu de recul, se poser des questions, voir si on est aussi transparent qu’on souhaite l’être avec ça, lance M. Champagne. Est-ce que la gouvernance mise en place est en faveur des citoyens ? Il faut s’assurer que la nouvelle gouvernance ne devient pas une justification utilisée à toutes les sauces. »

La conseillère Louise Boudrias est catégorique. « Depuis deux ans, tout est plus opaque, dit-elle. Les citoyens sont de plus en plus éloignés de nos décisions. On a vu récemment les effets pervers de ça avec le dossier Destination Vanier et ce que je qualifie être de l’ingérence politique. On fait de plus en plus de huis clos. Le nouveau modèle est un échec. C’est certain que pour certains conseillers, c’est plus confortable de ne pas faire les débats en public. Pour que ça change, il faudra que les citoyens exigent plus de transparence. »

Daniel Champagne, plus nuancé, est d’avis qu’il reste du travail à faire et que certains éléments sont peut-être mal compris de la population, notamment le travail qu’effectue les commissions politiques et la possibilité que les citoyens ont d’y participer. « Ce ne sont pas des instances décisionnelles, ce sont des espaces d’échanges où on lance des initiatives pour susciter des débats, explique-t-il. Toutes les décisions reviendront toujours au conseil municipal. » Mathieu Bélanger