Gilles Chagnon, qui fut commissaire scolaire et président du comité exécutif de la CSPO, est devenu l’homme de confiance du maire de Gatineau dans les dossiers du monde de l’éducation au conseil municipal de Gatineau.

Chagnon obtient le dossier de l’éducation

L’ancien commissaire scolaire Gilles Chagnon devient le nouveau responsable des dossiers du monde de l’éducation au conseil municipal de Gatineau, une fonction qui avait été retirée à son collègue Jocelyn Blondin dans la foulée de la bisbille entourant un possible retard pour la construction d’une nouvelle école primaire dans le Plateau.

La nomination de M. Chagnon arrive un mois après que le maire, Maxime Pedneaud-Jobin, eut dégommé M. Blondin de son rôle de responsable des dossiers de l’éducation. Le maire lui reprochait entre autres de ne pas avoir eu «la distance nécessaire [...] malgré sa grande proximité» avec Johanne Légraré, qui était à l’époque présidente de la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO). M. Blondin avait dénoncé l’attitude du maire en l’accusation d’avoir «planifié une campagne de relation publique pour détruire la réputation» de Mme Légaré dans le dossier de la future école 036.

C’est donc à Gilles Chagnon, qui compte «quasiment 20 ans d’expérience» dans le milieu scolaire, que revient la tâche de faire le pont entre le conseil municipal et le monde de l’éducation.

M. Pedneaud-Jobin estime que M. Chagnon sera «un atout important pour faire des liens avec un des partenaires qui est parmi les plus privilégiés — sinon le plus privilégié — du monde municipal». «On travaille constamment avec les commissions scolaires, on sait qu’on a fait beaucoup de travail dans les dernières années pour se rapprocher, et il faut que ça continue», a mentionné le maire.

Le principal intéressé voit son nouveau rôle comme «un beau défi». 

Il souhaite notamment qu’un mode de travail «plus proactif» soit établi sur la question de la recherche et de la préparation de terrains pour accueillir des écoles.

En ce qui concerne le dossier de l’école 036, la CSPO ignore encore si elle pourra ouvrir ses portes à l’automne 2019 ou s’il faudra un an de plus. 

Du côté de la Ville, Gilles Chagnon se dit «optimiste» et assure que la municipalité «va tout faire [...] pour pouvoir aider la CSPO».

Le maire a pour sa part souligné que «ça brasse à la grandeur du Québec» dans le dossier des relations entre le milieu de l’éducation et les municipalités.

«Il y a un comité qui a été mis en place par le gouvernement du Québec — la Ville de Gatineau y siège à travers notre administration — justement pour clarifier ça, parce qu’on s’entend que les processus sont lourds entre les villes et les commissions scolaires, a mentionné M. Pedneaud-Jobin. On veut alléger ça, et là, il y a vraiment une fenêtre qui s’ouvre. [...] Si on se chicane depuis tant d’années, ce n’est pas parce qu’on est des chicaneux, c’est parce que le système est fait tout croche.»