Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, s’attend tout de même à ce que les policiers de la Ville n’affichent aucun signe de «facultés affaiblies» par le cannabis lorsqu’ils sont en service.

Cannabis: Pedneaud-Jobin recule sur la «tolérance zéro» pour les policiers

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin recule sur son intransigeance affichée vendredi dernier concernant la consommation de cannabis par les policiers de Gatineau.

Quelques heures seulement après l’entrée en vigueur de la loi légalisant la consommation de cannabis récréatif au Canada, le concept de «tolérance zéro» énoncé par le maire lors de la conférence de presse il y a quatre jours à l’endroit des pompiers et policiers de la Ville de Gatineau s’est transformé en une position beaucoup plus permissive qui se résume à «être apte au travail». 

Le maire admet aujourd’hui être «allé un peu vite» en affirmant que les pompiers et les policiers de Gatineau devaient n’avoir «aucune trace» de cannabis dans l’organisme lorsqu’ils sont en fonction. Le maire se range ainsi derrière la direction de son service de police qui tenait, mardi, un discours beaucoup plus permissif concernant la consommation de cannabis pour ses employés. 

«Ce qu’on veut c’est que tout le monde soit efficace au bureau et apte au travail, affirme maintenant le maire Pedneaud-Jobin. Oui, c’est un recul sur le aucune trace que j’ai utilisée vendredi. Je suis allé un peu loin dans la mécanique et cette mécanique n’est pas assez au point. Pour les postes à haut risque qui sont stratégiques, on sera assez intolérants, mais comment cette intolérance va s’exprimer, ça reste à voir.»

Ainsi, le maire s’attend maintenant à ce que les policiers n’affichent aucun signe de «facultés affaiblies» lorsqu’ils sont en fonction. «Si on a des raisons de croire que quelqu’un a consommé, il y aura des rencontres entre le gestionnaire et cette personne», a-t-il ajouté. 

La Ville de Gatineau mènera prochainement un exercice lui permettant d’identifier les fonctions dites à «haut risque» au sein de son organisation. «Je ne sais pas si tous les policiers seront concernés», a indiqué le maire Pedneaud-Jobin.