Jocelyn Blondin, conseiller municipal de Gatineau

«Ça fait cher pour une bibliothèque» - Jocelyn Blondin

La facture pour remplacer Place des Pionniers et construire un nouvel immeuble à l’architecture audacieuse qui abritera la future bibliothèque Lucy-Faris a fait sursauter quelques élus municipaux, mardi, à Gatineau.

Au premier chef, le conseiller Jocelyn Blondin s’est offusqué du prix à payer pour une bibliothèque qui ne doit desservir qu’un seul secteur, a-t-il dit, alors que de nombreuses infrastructures routières sont dans un état de décrépitude.

« Ça fait cher pour une bibliothèque, a-t-il lancé. On ne parle pas d’une bibliothèque centrale là. Pour la moitié de ce montant, j’aurais pu refaire une grande partie du boulevard Alexandre-Taché. »

M. Blondin reconnaît que le secteur Aylmer a besoin d’une nouvelle bibliothèque, « mais pas à ce prix-là », a-t-il insisté. « On est en retard dans l’entretien de nos infrastructures, de nos routes, on a beaucoup de travail à faire, a-t-il ajouté. Remettons d’abord la ville en état et ensuite on se paiera les luxes qu’on pourra se payer. »

À LIRE AUSSI: Projet de 44 millions$ pour remplacer Place des Pionniers

>>> Lucy-Faris: Gatineau refuse le sociofinancement

>>> Investir dans la beauté

La conseillère Louise Boudrias, a aussi dénoncé les coûts trop élevés pour un tel projet. « On aurait pu avoir un partenariat public-privé, voir pour de la construction de logements, des bureaux d’affaires et négocier la location prolongée d’un espace pour une bibliothèque, a-t-elle indiqué. Il y a d’autres modèles d’affaires qui auraient pu nous permettre de réduire les coûts tout en offrant une bibliothèque à la hauteur des attentes des citoyens. »

Le président du comité exécutif, Cédric Tessier, affirme que tous les scénarios ont été analysés et que le choix s’est finalement arrêté sur le moins cher pour le contribuable.

« Mais on ne va pas se mettre à analyser des modèles dont on sait à l’avance qu’ils ne sont pas légaux, a-t-il ajouté. On ne peut pas obliger une construction dans laquelle on louerait de l’espace sans passer par des appels d’offres ou une loi spéciale. »

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin a rappelé que ce projet permet de « faire une pierre trois coups » en dotant Aylmer d’une nouvelle bibliothèque, en éliminant le fardeau que représentait l’édifice Place des Pionniers plombés par des problèmes de structures et en ajoutant des espaces à bureaux modernes pour des services municipaux dans le secteur.