La conseillère gatinoise Audrey Bureau croit que les immeubles de Brigil sur la rue Laurier doivent être exclus de la citation patrimoniale.

Bureau ouverte aux tours de Brigil

Alors qu’elle s’était vivement débattue pour que le projet du 22, rue Principale soit plus respectueux du patrimoine d’Aylmer, la conseillère Audrey Bureau, de retour de vacances, aborde le dossier de la protection du quartier du Musée d’une tout autre façon.

Elle reconnaît qu’une citation patrimoniale est dans certains cas l’outil le plus efficace pour protéger le patrimoine, mais elle considère que l’utilisation qui est faite de ce processus dans le dossier du quartier du Musée n’est pas appropriée puisqu’il sert avant tout, selon elle, à empêcher la réalisation du projet Place des peuples. « La citation patrimoniale est un processus sérieux qui doit être fait pour les bonnes raisons, a-t-elle ajouté. On ne doit pas le faire en réaction, mais pour mettre en valeur et célébrer le patrimoine. »

Mme Bureau précise qu’elle appuiera une citation patrimoniale à la condition que les immeubles détenus par Brigil sur la rue Laurier soient exclus du périmètre de protection.

« Je dis oui à enclencher un processus de citation patrimoniale, mais non à bloquer une décision future du conseil [dans le dossier Brigil], a affirmé Mme Bureau en début d’après-midi mardi. Je ne crois pas que je pourrais appuyer une citation patrimoniale si les immeubles de Brigil sont compris. Il faut avoir le débat sur les tours Brigil plutôt que d’y couper court. »

Elle ajoute par ailleurs que les changements réglementaires qu’imposeraient une éventuelle citation patrimoniale qui exulterait la rue Laurier ne devront pas « lier les mains du conseil » lors d’un vote sur le projet Place des peuples.

Mme Bureau n’a pas répondu directement lorsque questionnée à savoir si elle défendrait la même position si les tours de 35 et 55 étages étaient proposées dans son secteur, en plein cœur du site du patrimoine du Vieux-Aylmer.

« Je crois qu’il est possible de marier la modernité et le patrimoine, il y a des façons de faire, dit-elle en citant en exemple la Turning Torso de Malmö, en Suède, et la tour One Dalton à Boston. Il y a une réflexion importante à faire, c’est un défi architectural, urbanistique et d’acceptation sociale, mais le projet Brigil n’est pour l’instant qu’une idée. Je jugerai du dossier lorsqu’il sera présenté. »

Les pieds dans le sable
Audrey Bureau n’a pas voulu revenir sur la publication d’une photo de ses pieds, à la plage, mardi dernier, alors que ses collègues du conseil municipal menaient un important débat pour l’avenir de Gatineau et son centre-ville.

« C’était un débat important et je n’y étais pas, mais si j’avais été avisée des mois à l’avance, j’aurais pu être là, a-t-elle précisé. L’important maintenant c’est le vote du 28 août, là je veux qu’on passe à la substance. »

Dépôt de l’avis de motion
Le conseiller Cédric Tessier a comme promis déposé l’avis de motion de citation patrimoniale du quartier du Musée, lors de la séance du conseil municipal.

Dès lors, tous les résidents ayant une propriété dans le périmètre visé recevront un avis de la Ville de Gatineau.

Des modifications pourraient être apportées pour amputer certains terrains de la zone identifiée, mais il est désormais impossible d’en ajouter.

Le vote sur la citation patrimoniale du quartier du Musée aura lieu dès le retour des vacances, le 28 août.

D’ici là, le conseil devrait déjà s’être positionné sur les changements au zonage et au plan d’urbanisme demandé par Brigil pour lui permettre de construire des bâtiments de plus de trois étages sur ses terrains de la rue Laurier.