Gatineau semble vouloir maintenir les huit collectes d’encombrants actuellement en place.

Budget 2020 à Gatineau : quoi faire avec les déchets ?

L’enjeu des services de base a occupé la majeure partie des discussions, lundi, lors de la toute première journée de l’étude du budget 2020, à Gatineau. Tiraillé entre sa volonté de faire des économies et sa responsabilité de livrer des services à la hauteur des attentes des citoyens, le conseil aura des choix importants à faire, jeudi, lorsque viendra l’heure des décisions finales.

Sans surprise, la gestion des matières résiduelles s’est retrouvée au centre des débats pendant tout l’après-midi. Malgré la recommandation de la commission sur l’aménagement du territoire, de l’habitation et de l’environnement de réduire à quatre le nombre de collectes spéciales d’encombrants par année, le conseil a plutôt donné l’indication de vouloir maintenir les huit collectes actuellement en place, ainsi que la gratuité pour les encombrants-déchets au centre de transbordement du secteur Hull.

À LIRE AUSSI : Dame Nature fait mal aux finances de Gatineau

Investir plus pour balayer les rues plus vite au printemps

L’asphalte avant le plein air urbain, prône Boudrias

Il y a toutefois un prix à payer pour maintenir le statu quo. Une somme de 491 000 $ devra être dégagée pour financer ces collectes et embaucher un employé supplémentaire pour faire face à la demande au centre de transbordement. Contrairement à cette année, toutefois, la Ville va demander à Derichebourg de faire respecter, dès l’an prochain, la quantité limite de 1 m3 d’encombrants déposés à la rue lors des collectes.

En optant pour cette mesure qualifiée de transitoire, le conseil vient du même coup mettre fin à l’espoir que pouvaient encore entretenir certains contribuables de voir leur taxe pour la gestion des déchets être réduite dès l’an prochain. Le Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) prévoyait une réduction de 12 à 20 $ de la taxe aujourd’hui fixée à 126 $ par porte, mais il n’en sera rien. « Les choix du conseil ont des impacts financiers et s’il continue avec sa volonté de maintenir les huit collectes dans les prochaines années, on peut penser que la taxe pourrait augmenter de trois ou quatre dollars en 2021 ou 2022, a noté le président du comité exécutif, Cédric Tessier. Pour 2020, la taxe sera maintenue à 126 $. »

Écocentre dans l’ouest

Dans la même veine, le conseil s’est penché sur la possibilité de construire un nouvel écocentre dans le secteur ouest de Gatineau. Ce n’est évidemment pas demain la veille qu’un tel projet verra le jour, mais le conseil devrait donner le mandat à l’administration d’aller de l’avant avec ce projet d’ici la fin de l’année. Des données fournies par l’administration démontrent que Gatineau est à la traîne des autres grandes villes de la province en cette matière.

Les premières estimations chiffrent à 7,2 millions $ le coût d’une telle infrastructure, mais il est déjà très clair dans l’esprit du conseil que ce sera plus que ça. La facture pourrait grimper de 20 à 40 %. Le conseiller Gilles Chagnon qui porte ce dossier depuis plus d’un an était évidemment satisfait de la volonté du conseil de donner suite à sa demande. « Il y aurait de grosses étapes à franchir dès 2020, à savoir trouver un site, obtenir les certifications environnementales et engager les professionnels pour être en mesure de réaliser les plans et devis en 2021, a-t-il indiqué. Je me réjouis de ça, surtout qu’en attendant qu’on réalise l’écocentre, il y aurait un plan temporaire pour mieux répondre aux besoins des gens de l’ouest. » De fait, l’administration recevra le mandat d’identifier des points de dépôt temporaires dans le secteur ouest qui pourront servir de façon ponctuelle en attendant la construction du nouvel écocentre qui devrait avoir lieu d’ici 2025.