Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau.

Brookfield: «un mariage plein de potentiel» pour Gatineau

Gatineau et Énergie renouvelable Brookfield est « un mariage plein de potentiel », selon le maire Maxime Pedneaud-Jobin.
<p>Énergie renouvelable Brookfield s'installera, en 2015, dans un édifice de six étages tout neuf qui sera construit au centre-ville de Gatineau.</p>
Selon lui, la Ville doit travailler de concert avec la haute direction de la multinationale afin de se positionner sur l'échiquier économique des énergies vertes, a-t-il ajouté, jeudi, en entrevue avec LeDroit.
Le déménagement dans le centre-ville des quelque 400 employés de Brookfield, une multinationale qui gère plus de 100 milliards de dollars dans le domaine des énergies vertes, va devenir un « ancrage » pour Gatineau, poursuit le directeur général de Développement économique CLD Gatineau (DECLDG), Michel Plouffe.
Il soutient que même s'il y a toujours eu des liens entre la ville et Brookfield, le nouveau leadership apporté par le maire Pedneaud-Jobin améliorera « sans aucun doute » les relations entre la multinationale et Gatineau.
Le maire note que l'ancienne administration municipale a toujours négligé d'affirmer clairement à Brookfield à quel point sa présence à Gatineau était un atout pour la Ville. Il a voulu corriger le tir dès les premiers jours suivant son élection.
« J'ai rapidement contacté Richard Legault, président de la Brookfield, après l'élection et je lui ai dit que Gatineau considérait la multinationale comme un atout plein de potentiel pour le développement économique de la Ville et de la région, a affirmé M. Pedneaud-Jobin. Nous sommes prêts à mettre des efforts pour développer un secteur d'activités économiques autour de Brookfield. »
Dans ses qualités de maire, Maxime Pedneaud-Jobin est aussi le président de DECLDG. Il souhaite que l'organisme se lance dans la prospection d'entreprises intéressées à se rapprocher de Brookfield. Export Outaouais doit aussi avoir un rôle à jouer dans l'atteinte de cet objectif, a ajouté le maire. « Je suis prêt à m'asseoir avec la haute direction de Brookfield afin de voir quelles sont les entreprises que la multinationale aimerait voir s'installer chez nous », a-t-il expliqué.
De la « vraie » prospection
Michel Plouffe précise que DECLDG arrive au terme de son dernier plan stratégique cette année.
« Le moment est parfait pour lancer ce genre de chantier et faire les choses différemment, dit-il. Le CLD est un leader qui pourra accompagner le maire, la Ville, Export Outaouais et la Chambre de commerce de Gatineau (CCG) pour enfin mettre la main à la pâte et établir un vrai programme de prospection qui va tenir la route. »
Reste maintenant à voir quelle direction le maire Pedneaud-Jobin voudra donner à DECLDG. Il a déjà affirmé ne pas vouloir en demeurer le président très longtemps, préférant donner la place à un intervenant provenant du milieu des affaires.
« Le maire a énormément de dossiers, mais il est évident que le développement économique fait partie de ses priorités, indique M. Plouffe. Je le rencontre fréquemment et nous allons bientôt commencer à revoir nos façons de faire. Le conseil voudra aussi aller vers les énergies vertes, mais il faudra d'abord voir combien ça coûte et quels sont les avantages concurrentiels de Gatineau dans ce domaine. »
Selon M. Plouffe, Gatineau n'a pas encore le luxe de choisir de faire de la prospection dans un seul secteur, même si les énergies vertes sont prometteuses pour une ville comme Gatineau. « Il faut travailler à attirer des entreprises innovantes dans tous les secteurs, dit-il. Ce sont les opportunités qui doivent nous guider. »