Des propriétaires sur le boulevard Hurtubise ont eu recours à du remplissage illicite au fil des ans pour réussir à se construire une résidence le long de la rivière.

Boulevard Hurtubise: Gatineau a fermé les yeux sur du remblai illégal

La Ville de Gatineau a volontairement fermé les yeux jusqu'en 2005 sur du remblai illégal effectué sur le boulevard Hurtubise, permettant ainsi à un certain nombre de propriétaires riverains de construire des maisons neuves en pleines zones inondables.
C'est l'un des constats qui ressort du rapport de la Commission d'enquête du Bureau de l'ombudsman de la Ville de Gatineau sur la réglementation applicable en zone inondable présenté au conseil municipal en février 2015. 
En agissant ainsi, des propriétaires dont le terrain était auparavant identifié comme étant dans une zone inondable de récurrence 0-20 ans, sans aucune possibilité de reconstruire à neuf leur maison à cause de la réglementation provinciale, se sont tout bonnement retrouvés dans une zone à risque d'inondation de récurrence 20-100 ans. Ce changement leur a permis d'obtenir la permission de la Ville pour ériger une nouvelle demeure riveraine. 
Deux passages du rapport de la commission présidée alors par Michel A. Vézina sont particulièrement éloquents à cet effet. « La Ville reconnait l'existence de remplissage illicite qui a permis à certains résidents d'obtenir un permis de construction à neuf dans le passé », peut-on lire dès les premières pages du rapport. La conclusion du rapport revient aussi sur cette situation en stipulant que « des propriétaires riverains sur le boulevard Hurtubise ont eu recours à du remplissage illicite au fil des ans pour réussir à se construire une résidence le long de la rivière et la Ville a fermé les yeux faute d'une cartographie de référence fiable ».
La Ville de Gatineau a tenté, en vain, jusqu'en 2014, d'obtenir une dérogation de la part du gouvernent du Québec pour permettre à une dizaine de résidences du boulevard Hurtubise de remonter leur terrain afin de se retrouver dans une zone 20-100 ans, mais le ministère de l'Environnement a toujours refusé de déroger de sa Politique de protection des rives, du littoral et de la plaine inondable. Cela a même mené au refus du gouvernement d'adopter le nouveau schéma d'aménagement de la Ville de Gatineau en 2014. 
Le schéma d'aménagement a depuis été adopté, mais il prévoit que Gatineau a cinq ans pour faire adopter un plan de gestion de la plaine inondable qui devrait permettre de régulariser la situation pour les dix résidences visées sur le boulevard Hurtubise. « C'est un exercice chirurgical qu'on est en train de faire à cet endroit, note la directrice du module de l'aménagement du territoire de la Ville de Gatineau, Catherine Marchand. Nous plaidons qu'une dérogation est possible parce que ces terrains sont déjà desservis par les services d'aqueduc et d'égouts. Plusieurs solutions sont possibles comme du remblai et la construction de digues de protection. Il y a aussi des endroits où la rue est trop basse et devrait être remontée. »