Sous l'administration du maire Marc Bureau, un plan de 20 millions avait été planifié pour le réaménagement du boulevard Gréber. Lundi, la Ville de Gatineau a annoncé un investissement de 7 millions.

Boulevard Gréber: le plan Bureau de 20 M$ amputé

Le boulevard Gréber ne recevra finalement qu'une partie de la « cure de beauté » qui était prévue par la Ville de Gatineau sous l'administration du maire Marc Bureau.
Les détails du vaste chantier qui doit s'amorcer, cet été, sur le boulevard Gréber, ont été divulgués lundi. Il est question d'un investissement de 7 millions $ qui servira principalement à repaver l'artère commerciale, la rendre plus conviviale pour les piétons et les cyclistes et remplacer une conduite d'aqueduc qui allait bientôt atteindre l'âge vénérable de 50 ans. 
Bien qu'il s'agisse d'un investissement substantiel, l'ampleur des travaux est de beaucoup moindre à ce qui était dans les cartons de la Ville à la fin de 2012. Un rapport de la firme Plania, dont Le Droit avait obtenu copie, prévoyait des aménagements de 20 à 22 millions $ afin de refaire une beauté au boulevard Gréber. Les travaux devaient s'effectuer en quatre phases, dont la première se retrouvait entre le pont Lady-Aberdeen et la rue Saint-Louis. 
En ce sens, l'annonce de lundi a grandement surpris l'ex-conseiller municipal du quartier, Luc Angers. « Ce que je comprends, c'est que la Ville a réduit considérablement ses intentions sur Gréber, dit-il. Le projet évoqué à l'époque était de bien plus grande envergure. Nous redonnions une identité à cette artère en la revitalisant. C'est très décevant. »
La porte-parole de la Ville de Gatineau, Hélène Lachance, précise que le concept de réaménagement élaboré en 2010 n'a finalement pas été retenu par l'administration. 
« Les travaux prévus aujourd'hui ne sont pas de l'ampleur de ce qui était dans le concept en 2010, mais tous les éléments de base pour créer un milieu convivial et sécuritaire sont demeurés », a-t-elle ajouté.
La conseillère du quartier, Myriam Nadeau, a pour sa part rappelé que les quelque 20 millions $ dont il était question il y a cinq ans n'ont jamais été inscrits au budget d'immobilisation. 
« Ce n'est pas le plan à 20 millions $, mais c'est un bon premier pas dans la bonne direction qui aura un impact très positif pour les piétons et les cyclistes, dit-elle. Nous faisons de choix à la grandeur de la Ville. Je préfère qu'on avance maintenant que de ne rien faire en attendant d'avoir une vingtaine de millions à investir sur le boulevard. »
Mme Nadeau précise qu'il y aura une deuxième phase de travaux sur le boulevard Gréber en 2020, entre les rues Jacques-Cartier et Saint-Louis, ainsi qu'une troisième phase à être déterminée plus tard, dédiée spécifiquement à l'embellissement de l'artère.