La conseillère Louise Boudrias

Boudrias interpellera la VG

La conseillère Louise Boudrias revient à la charge pour dénoncer ce qu’elle qualifie de « culture du huis clos » à Gatineau.

L’imposition du huis clos pour quatre présentations aux élus, ce mardi, est la goutte qui fait déborder le vase pour la conseillère qui critique cette tendance à multiplier les « séances de travail » prise par le maire et le conseil depuis le début de nouveau mandat. Mme Boudrias interpellera d’ailleurs la Vérificatrice générale (VG) de la Ville de Gatineau et le ministère des Affaires municipales du Québec à ce sujet. « Le maire préfère parler de sessions de travail, mais c’est faux, dit-elle. Un des dossiers présentés a déjà été analysé par les services, par une commission et fera l’objet de recommandations de l’exécutif. On ne peut plus parler de session de travail quand on est rendu aux recommandations. Il faut que ça arrête là. Il faut que ça finisse cette habitude des huis clos. »

Mme Boudrias proposera à la Vérificatrice générale de se pencher sur cette tendance et surtout les justifications entourant les huis clos à la table du conseil. « Moi, je vais lui demander de vérifier ça, ce sera à elle de décider si elle souhaite le faire ou pas, explique la conseillère. Je vais aussi consulter le gouvernement du Québec. Il faut de bonnes raisons pour faire des huis clos et ce n’est vraiment pas toujours le cas à Gatineau. »

Mme Boudrias songeait encore, lundi, à boycotter la séance à huis clos de mardi. Elle soutient que certains de ses collègues songeraient aussi à faire de même. 

Ombudsman

Par ailleurs, un ombudsman par intérim sera nommé par le conseil lors d’une séance spéciale du conseil, à 13 h, mardi. Ce dernier devra remplacer André Guay qui a quitté son poste dans la tourmente suivant la publication du rapport de la VG plus tôt ce printemps. Tous les commissaires ont aussi quitté leur poste en solidarité avec l’ancien président du Bureau de l’ombudsman.