Chez les conseillers trifluviens, les avis sont partagés à propos de la fluoration de l'eau potable.

Avis préventif d'ébullition de l'eau dans les secteurs Buckingham et Masson-Angers

À la suite d'un bris d'aqueduc dans l'est de la ville, la Ville de Gatineau éprouve des difficultés de distribution de l'eau potable qui touchent l'ensemble des citoyens des secteurs de Masson-Angers et de Buckingham, soit environ 27 500 personnes, si bien qu'un avis d'ébullition de l'eau est en vigueur jusqu'à nouvel ordre.
Les services municipaux sont à pied d'oeuvre pour rectifier la situation.
Les deux secteurs touchés font l'objet d'un avis préventif de faire bouillir l'eau dès maintenant et ce, qu'il y ait eut ou pas, interruption ou baisse de l'approvisionnement.
Les citoyens et les établissements des deux secteurs doivent donc faire bouillir leur eau jusqu'à ce que l'avis d'ébullition de l'eau soit levé par la Ville.
 Une fois l'avis levé, il faudra :
Ouvrir tous les robinets d'eau froide et laisser couler l'eau pendant une minute ou jusqu'à ce qu'elle devienne froide avant de l'utiliser. Suivre la même procédure pour les fontaines.Purger les robinets extérieurs comme ceux reliés aux tuyaux d'arrosage.Jeter la glace qui aurait été faite avec l'eau pendant la durée de l'avis préventif de faire bouillir l'eau.
Des foyers de Buckingham sont actuellement privés d'eau potable, alors qu'un bris d'aqueduc est survenu en fin d'avant-midi au sein du réseau desservant toute la portion ouest du secteur.
La Ville ignore pour l'instant à quel moment la situation rentrera dans l'ordre. 
Les résidents qui habitent entre les rues Maclaren ouest et Pierre-Laporte sont aux prises avec une baisse de pression. Certaines maisons situées près du bris n'ont accès à aucune alimentation en eau depuis vendredi midi.
Le système demeure toujours sous pression et des équipes travaillent à circonscrire le problème, assurait l'un des porte-parole de la Ville de Gatineau, Alain D'Entremont, plus tôt en journée. La situation devait être réglée d'ici la fin de l'après-midi.
Quant à l'origine du bris, elle demeure inconnue. «On peut présumer que le froid est en cause, mais de là à dire qu'il s'agit de la seule cause, c'est difficile à dire. Mais normalement, nous expérimentons plus de bris en période froide», souligne M. D'Entremont.