La migration vers la lumière bleue produite par les lampadaires DEL à 4000 kelvins s’est amorcée en 2007 à Gatineau.

Autre décision repoussée dans le dossier des ampoules DEL

La Ville de Gatineau repousse encore sa décision concernant l’utilisation qu’elle fait d’ampoules DEL de 4000 kelvins pour éclairer ses rues, parcs et édifices, alors que de nombreuses villes de la province qui allaient dans la même direction ont depuis longtemps décidé de reculer pour des questions de santé publique et d’acceptabilité sociale.

La migration d’ampoules au sodium à l’éclairage jaunâtre vers la lumière bleue produite par les lampadaires DEL à 4000 kelvins s’est amorcée tout doucement en 2007 à Gatineau. L’utilisation de la technologie DEL est ensuite devenue la norme pour toutes les nouvelles rues, parcs de quartiers, parcs industriels et édifices publics en 2016. À ce jour, environ 500 lampadaires DEL ont été installés sur le territoire de la Ville de Gatineau. Vendredi dernier, la Ville a cependant rectifié l’information qu’elle donnait à ce sujet depuis deux ans en affirmant que l’utilisation de la technologie DEL était désormais « aléatoire » et que l’intensité pouvait varier de 3000 kelvins à 4000 kelvins selon les endroits.

Malgré des plaintes de citoyens, notamment sur la rue Jacques-Cartier, et un avis de préoccupation du Bureau de l’ombudsman quant à l’impact d’une telle luminosité, la Ville de Gatineau continue sa migration. Les villes de Montréal, Sherbrooke et Trois-Rivières, entre autres, ont toutes imposé, pour des raisons de santé publique, un moratoire sur l’installation de DEL à 4000 kelvins en 2016 et 2017 pour finalement réduire la luminosité de leurs nouveaux lampadaires à 3000 kelvins.

Questionné par Le Droit à cet effet en janvier 2017, le maire Maxime Pedneaud-Jobin avait indiqué que Gatineau allait probablement s’inspirer de la décision prise par Montréal. Il affirmait que la qualité de vie des gens dans ce dossier devait être considérée avant les économies que permet la technologie DEL. Il ajoutait au même moment qu’une présentation devait être faite par l’administration « dans les prochaines semaines » et que la Ville devait aussi présenter « dans les prochaines semaines » son devis technique pour l’approvisionnement en nouveaux lampadaires.

Plusieurs mois se sont finalement écoulés entre cette affirmation du maire Pedneaud-Jobin et cette première présentation de l’administration au comité de révision des dépenses et des services à l’automne 2017.

Le Droit a appris, cette semaine, qu’à la suite de cette rencontre, il y a près d’un an, il a été convenu, selon le service des communications, de « revoir certains éléments de la présentation, d’apporter des modifications ainsi que des ajustements ». Une autre présentation auprès du comité de révision doit avoir lieu plus tard cet automne. La Ville de Gatineau précise qu’aucune entrevue à ce sujet ne sera accordée avant la prochaine présentation.