« Ce qui a surtout eu un impact sur l’autoroute, ce sont les goûts pluviaux, ils n’étaient pas équipés pour éviter que l’eau refoule sur l’autoroute, a indiqué le ministre André Fortin. Même avec une digue immense, l’eau aurait refoulé sur l’autoroute par le bas. »

Autoroute 50: l’inondation était inévitable

Même si le ministère des Transports du Québec (MTQ) avait écouté la Ville de Gatineau et avait tenté de sauver de l’inondation l’autoroute 50, le printemps dernier, il n’y serait pas arrivé. L’inondation devenait inévitable.

C’est la conclusion à laquelle arrive le ministre des Transports du Québec et député de Pontiac, André Fortin, après avoir discuté avec l’ensemble des intervenants concernés dans cette affaire. 

« Ce qui a surtout eu un impact sur l’autoroute, ce sont les égouts pluviaux, ils n’étaient pas équipés pour éviter que l’eau refoule sur l’autoroute, a-t-il indiqué. Même avec une digue immense, l’eau aurait refoulé sur l’autoroute par le bas. »

Le ministre Fortin reconnaît cependant que la direction régionale du MTQ aurait pu intervenir plus rapidement lorsque mis au fait par la Ville de Gatineau, 48 heures avant, du risque important d’inondation sur l’autoroute. Il explique que la Ville et le MTQ disposaient des mêmes données provenant de la Commission de planification et de régularisation de la rivière des Outaouais, mais la lecture qu’ils en faisaient n’était pas la même. 

« Il y a toujours lieu, dans une situation de crise comme celle-là, de prendre l’approche la plus prudente, a affirmé M. Fortin. La Ville avait une interprétation voulant que l’impact allait être plus sévère que le prévoyait le MTQ. Il y a lieu, dans une telle situation, et c’est la directive qui sera donnée à la direction régionale, de toujours prendre l’approche la plus prudente possible. »

Correctifs

Le ministre des Transports a demandé à ce que tous les tronçons stratégiques des grands axes routiers de la région, mais aussi de tout le Québec, qui sont à risque lors d’une inondation, soient l’objet d’une évaluation. 

« La 50 a été évaluée et on a trouvé des choses qui peuvent être améliorées pour les égouts pluviaux, a noté M. Fortin. Des clapets seront installés pour éviter le refoulement et pour s’assurer de garder l’autoroute praticable. » 

Un resserrement de la coordination entre tous les intervenants clés lors d’une crise comme celle du printemps dernier est aussi au menu. « J’ai confiance aux actions que posera la Ville de Gatineau, la nouvelle veille opérationnelle du MTQ et la Sécurité civile en Outaouais, a ajouté le ministre. On va avoir une meilleure coordination de tout le monde pour s’assurer que tout le monde soit au même niveau, en même temps. »